additifs alimentaires à éviter

Vous est il déjà arrivé d’avoir quelques difficultés à comprendre clairement ce qui se cache derrière la liste d’ingrédients de vos étiquettes alimentaires ? Nous allons faire, dans cet article, la lumière sur les additifs alimentaires. Ils portent différents noms : colorants, conservateurs, édulcorants, émulsifiants, exhausteurs… et sont présents dans de nombreux aliments. Quels sont les additifs alimentaires à éviter ?

💡 NOUVEAU ! : Découvrez ma formation inédite consacrée à 100% à votre budget alimentaire pour vous permettre de dépenser moins et manger mieux ! > En savoir plus

Qu’est ce qu’un additif alimentaire ?

Il existe cinq catégories principales d’additifs alimentaires :

  • colorants : colorent les aliments
  • édulcorants : donnent une saveur sucrée
  • conservateurs : aident à mieux conserver les produits
  • antioxydants : empêchent ou réduisent l’oxydation des aliments
  • agents de texture (émulsifiants, stabilisants, épaississants, gélifiants) : améliorent la tenue des aliments.

Les 47 additifs alimentaires à éviter

L’excellent livre « Le bon choix au supermarché« , dresse une liste de 47 additifs à éviter. Voici une infographie qui détaille cette liste. Vous pouvez la conserver sur pinterest ou sur votre téléphone pour l’avoir sous la main quand vous faites vos courses.

additifs alimentaires à éviter

Pour faire simple, voici une règle : plus la liste des ingrédients est longue, plus il faut se méfier. Privilégiez au maximum le fait maison pour votre porte monnaie et votre santé. Vous maîtriserez ainsi la liste des ingrédients.

Les additifs alimentaires à éviter selon l’UFC Que Choisir

Près d’ 1/3 des additifs autorisés sont jugés particulièrement nocifs selon l‘UFC Que Choisir ! C’est à dire 87 additifs au total sur les 300 autorisés ! L’association s’est appuyée sur des études récentes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ou encore l’Agence européenne de santé des aliments (AESA).

pub
pub

Reconnaître les additifs alimentaires à éviter

Derrière des appellations comme E 171, E 120, E 350 difficile de faire la part des choses et déterminer de quel additif il s’agit. Les applications comme Yuka peuvent donner une indications aux consommateurs.

Mais, si vous souhaitez aller plus loin et en savoir plus sur le contenu de votre assiette, vous pouvez utiliser l’outil proposé par l’Institut National de la Consommation (INC) qui a créer une fiche pour chaque additif alimentaire. Un lien direct vers cet outil pratique est disponible sur la page des simulateurs de dmepp.com.

 

 

Un exemple précis et détaillé sur les arômes

Les arômes alimentaires sont introduits dans les aliments pour leur donner une odeur ou un goût particulier. Nos grands mères utilisaient déjà des épices pour relever leurs plats (bouquet garni, clou de girofle,…). Depuis, la chimie s’est invitée dans l’élaboration des produits fabriqués par les industriels. Avant d’en parler, définissons déjà plus précisément ce que l’on entend par arôme.

Pour bien comprendre les différences nous allons prendre l’exemple d’un dessert ou yaourt à la vanille.

Vous vous doutez bien, que les industriels ne vont pas à l’autre bout du monde chercher de belles gousses de vanille, qu’ils font tranquillement infuser dans le lait. C’est encore possible de trouver des yaourts produits à partir de vrais gousses de vanille mais ce ne sont pas les plus répandus et à 2€ les 2 yaourts ils ne sont pas accessibles à tous les budgets !

Attention, les étiquettes suivantes sont justes là pour vous donner des exemples concrets. Je ne parle pas aujourd’hui de tous les autres ingrédients de ces différents produits mais uniquement des arômes alimentaires ! Mon but est purement et uniquement informatif. 💡 Pour des comparatifs précis rendez vous dans la catégorie Manger Mieux du site.

L’étiquette indique infusion de gousses de vanille (coût pour l’industriel, environ 7€ le kilo). Le premier type d’arôme alimentaire est l’arôme naturel. Il peut être d’origine végétale ou animale mais il doit être préparé à partir de 95% minimum du produit de base visé (extrait, huile essentielle,…). Les 5% restants peuvent provenir d’autres molécules aromatisantes naturelles. La concentration minimale du produit de base (dans les 95%) n’a pas été définie précisément par la réglementation.

Les industriels peuvent donc en toute légalité afficher « extrait naturel de vanille » avec une quantité homéopathique de [vraie] vanille !

L’arôme « naturel »

L’arôme identique naturel est obtenu en reproduisant la composition chimique de l’arôme naturel. Il s’agit d’une copie conforme de la molécule de départ. La vanille est ainsi remplacée par la vanilline qui est la copie du principal arôme de la vanille.

Ingrédients : yaourt (91,9% dont 88,4% de LAIT entier) sucre (7,7%) arôme naturel de vanille

L’étiquette indique arôme naturel de vanille et dans des cas bien plus rares « vanilline »  (coût pour l’industriel environ 3.5€ le kg).

L’arôme artificiel

L’arôme artificiel est créé de toute pièce, il n’existe pas dans la nature. Dans le cas de la vanille, c’est l’éthylvanilline qui a un pouvoir aromatisant bien supérieur à celui de la vanille naturelle.

Ingrédients : Ingrédients :LAIT à 1,1% de matière grasse (72,3%), sucre (8,3%), caramel (6,0%) [ sirop de glucose-fructose, eau, sucre], eau, sirop de glucose-fructose, poudre de lait écrémé, amidon de maïs, amidon modifié de maïs, épaississants (carraghénanes, gomme xanthane, pectine), arôme vanille, colorant (bêta-carotène).

L’étiquette indique arôme (coût pour l’industriel, environ 3€ le kilo). Je vous passe l’analyse du reste de la composition de ce produit, il y aurait beaucoup à dire !

Bien évidemment, les produits à base de gousses de vanille coûtent bien plus chers que les produits à base d’arômes alimentaires. Les yaourts aux fruits sont une illustration tout aussi parlante de l’utilisation massive d’arômes alimentaires de la part des industriels. Prenez donc le temps de bien lire les étiquettes plutôt que simplement les mentions bien en vues sur l’emballage. Vous serez étonnés de découvrir, que beaucoup de yaourts aux fruits ne contiennent finalement pas ou très peu de fruits.

Un moyen simple et économique de manger des yaourts au fruits contenants des [vrais!] fruits est d’ajouter une cuillerée de confiture ou de coulis dans vos yaourts nature. Et pour du bon sucre vanillé, plutôt que d’acheter des petits sachets coupez une gousse de vanille en deux et laisser la dans votre bocal de sucre.

La réglementation sur les additifs alimentaires

Les arômes alimentaires sont réglementés par des normes européennes. Avant d’être autorisés, les arômes sont évalués par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments). La réglementation précise également les arômes alimentaires et substances interdites, les règles d’étiquetage et les doses maximales autorisées pour certains arômes alimentaires.

Pour en savoir plus, je vous conseille de visionner la vidéo sur les additifs alimentaires de la DGCCRF.

La cour de justice de l’Union Européenne à déjà rendue des décisions visant à protéger les consommateurs. Par exemple, dans l’affaire Teekane dont vous pouvez retrouver le communiqué de presse sur internet (ici). Dans ce cas précis, la cour a rappelé que « l’étiquetage d’une denrée alimentaire ne doit pas induire le consommateur en erreur en suggérant la présence d’un ingrédient qui est en réalité absent du produit. La liste des ingrédients peut, même si elle est exacte et exhaustive, être inapte à corriger de manière suffisante l’impression erronée ou équivoque qui résulte d’un tel étiquetage. »

Les arômes alimentaires : Des cas concrets

Malheureusement, malgré cette décision qui fait jurisprudence l’ingéniosité des industriels est sans limite. Jugez plutôt!

lorina arôme
Boisson artisanale sans alcool, sans édulcorant, sans colorant artificiel mais aussi sans aucune fraise ! 
apericubes-aromes
L’Apéricubes BEST OF des saveurs Jambon Cru et Poulet Grillé !  Sur l’étiquette 0% de Jambon et 0% de Poulet et 100% d’arômes artificiels !

Ces produits ne sont pas foncièrement mauvais, ils permettent juste de mettre en évidence le fait qu’il est plus que jamais, nécessaire de prendre le temps de lire les étiquettes. Ne soyez plus dupes !

Conséquences des additifs alimentaires

A l’heure actuelle, il n’y pas que très rarement d’allergies ou d’accidents liés aux arômes. La conséquence de l’utilisation massive de ces produits est bien plus insidieuse. Un fruit contient, des centaines de molécules aromatiques. Mais, pour créer un arôme seules les molécules aromatiques marquantes sont synthétisées.  Le risque, plus insidieux mais bien réel, est la perte des repères gustatifs.

L’UFC que choisir posait la question suivante dans un article publié en septembre 2015 : « Les prochaines générations nourries à la fraise Tagada finiront elles par trouver bien fade la saveur subtile d’une fraise des bois ? Ce serait en tout cas une véritable aubaine pour les industriels, qui pourraient ainsi non seulement créer des addictions à leurs marques, mais aussi masquer des ingrédients médiocres par le renforcement de leurs flaveurs ».

 💡 Soyez également prudents sur les additifs utilisés pour alléger des produits dans le cadre d’un régime alimentaire.

 ➡  Et vous, êtes vous attentifs aux additifs alimentaires à éviter ? Lisez vous les étiquettes ?

Bonjour, moi c'est Amélie, J’ai commencé à rechercher des astuces et des bons plans quand j’étais étudiante pour financer mes études en Economie et Droit. Finalement,les bonnes habitudes que j’avais prises ne m’ont jamais quittées. Après avoir exercé plusieurs métiers (conseiller bancaire, professeur d'économie gestion,...) j’ai développé mes méthodes, repéré et testé de nouvelles astuces. Aujourd'hui, je me consacre entièrement à la création des contenus pour aider un maximum de familles à dépenser moins et profiter plus de la vie. Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.