Analyse composition cosmétique | Le guide pour faire les bons choix

Souvent en gros caractères sur les emballages de cosmétiques, les mentions mise en avant ne sont pas aussi réglementées qu’on peut le croire. Décrypter l’étiquette des cosmétiques permet de démêler le vrai du faux et ne pas être induit en erreur. Depuis le scandale des parabènes en 2005, et les nombreuses substances indésirables pointées du doigt ces dernières années, on est de plus en plus nombreux à faire une analyse composition cosmétique avant d’acheter. Voici le guide complet pour comprendre les étiquettes, éviter les pièges et choisir des produits de beauté naturels !

Armés de courage et de détermination, nous voilà face à l’étiquette de nos cosmétiques convaincus de pouvoir la déchiffrer, alors qu’on y comprend souvent pas grand chose !

Latin, anglais, termes chimiques et botaniques se succèdent et ne nous éclairent vraiment pas sur le contenu. Alors, on cherche sur l’emballage et on retrouve des mentions et allégations en français qui nous disent que notre produit est bourrés de composants brevetés, uniques, testés, approuvés…. PAS SI VITE !! Comment faire une analyse de la composition cosmétique efficace ?

Les mentions en gros sur l’étiquette des cosmétiques

Actif breveté

La mention « brevet » nécessite qu’un brevet soit effectivement déposé pour ne pas être considéré comme de la publicité mensongère. Malgré tout, aucune réglementation précise n’encadre cette mention et ses dérivés.

Le dépôt d’un brevet indique qu’il y a une nouveauté, création ou modification des éléments qui composent votre produit cosmétique. Un brevet, peut aussi protéger une innovation sur l’emballage. S’il n’est pas précisé, difficile de s’avoir sur quoi, porte l’innovation (une nouvelle pipette révolutionnaire, un emballage innovant,…)

Déposer un brevet est une procédure longue et coûteuse qui n’est pas à la portée de toutes les entreprises de cosmétiques présentes sur le marché. Certaines multinationales peuvent en faire un véritable argument marketing, en brevetant chaque mélange ou chaque substance pour donner une image qualitative de leur produit. Parfois, certains mélanges anciens et très connus, mais jamais brevetés, peuvent être accaparés et protégés du jour au lendemain, par les grandes marques. A l’inverse, des PME innovantes, n’ont parfois pas le budget nécessaire pour accéder à cette démarche, alors que leur laboratoire à fait une réelle découverte !

➡  Quand on cherche à faire une analyse de la composition cosmétique cette allégation est à considérer avec beaucoup de prudence, car un brevet ne garantie pas  la qualité du produit.

Testé sous contrôle dermatologique

La mention « Testé sous contrôle dermatologique » a de multiples dérivés en changeant simplement la spécialité médicale en fonction du produit (dermatologue pour les cosmétiques, dentistes pour les dentifrices,…). Elle n’est absolument pas réglementée. Cette expression a pour but de mettre en avant le sérieux du fabricant en cautionnant la formule de son produit par un représentant du corps médical.

Avant d’être mis sur le marché, un cosmétique n’est pas soumis à une autorisation préalable comme les médicaments. Le fabricant est donc le seul garant que son produit « ne doit pas nuire à la santé humaine lorsqu’il est appliqué dans les conditions normales ou raisonnablement prévisibles d’utilisation » comme le prévoit la réglementation européenne. Le fabricant est donc tenu par la loi, de mettre en place des tests pour s’assurer de l’innocuité de son produit avant de le commercialiser. Préciser sur l’emballage que le fabricant a fait ce que lui impose la loi, apporte il une information supplémentaire au consommateur ?

Encore plus important : Qui sont donc les dermatologues mentionnés sur l’étiquette ? Un dermatologue payé par la marque pour apposer sa signature en bas d’un compte rendu d’analyse ? Un dermatologue travaillant pour un laboratoire indépendant qui intervient dans le processus de test ? L’étiquette ne le dit pas !

➡  Cette référence médicale sur l’étiquette bien que rassurante et autorisée ne garantie finalement rien pour l’analyse composition cosmétique !

Ingrédients d’origine naturelle

A l’heure actuelle, les produits de beauté naturels et la cosmétique bio sont particulièrement plébiscités par les consommateurs. Du coup, les fabricants ce sont empressés d’ajouter le mot « naturel » partout sur leurs étiquettes (greenwashing) comme pour dire « voici un produit sans danger pour votre santé » !

Petite précision importante : tout ce qui est naturel n’est pas bon pour la santé !

D’ailleurs, naturel et d’origine naturel sont deux mentions bien différentes. Un ingrédient naturel provient directement de la production agricole qui est transformés au moyen de procédés physiques simples (filtration, décantation,…). Un ingrédient d’origine naturelle a été transformé au moyens de procédés chimiques. C’est très différent !

Comme on va le voir plus en détail, dans la suite de cet article, un ingrédient naturel mis en avant sur l’étiquette peut en fait ne représenter qu’une infime partie d’un cosmétique très synthétique ! Il est donc important, de considérer l’ensemble de la formule et de déterminer ce qui est réellement naturel !

 ➡ Attention aux produits multipliant les mentions en lien avec le côté naturel car beaucoup sont ambiguës !

Sans …

La liste des ‘sans’ dans les cosmétiques était parfois plus longue que la liste des ingrédients ! Le fabricant en multipliant les indications « sans » veut surtout dire au consommateur le produit est « sans danger« .

💡 Depuis le 1er juillet 2019, un document technique élaboré en 2017 par la Commission Européenne et un autre par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité interdisent d’afficher sur les cosmétiques les allégations « sans » qui n’apportent pas un bénéfice réel pour le consommateur.

La bonne question à se poser c’est : qu’est ce qui remplace les ingrédients qui ont été évités ? Le « sans » a pu être remplacé par mieux ou bien pire !

Eviter les conservateurs souvent suspectés d’être allergisants, irritants, toxiques ou cancérogènes est un objectif noble. Mais le produit doit tout de même, être préservé de la prolifération bactérienne ! Si on remplace les conservateurs par une grande quantité d’alcool classé dans la famille des solvants et considéré comme irritant et asséchant a t’on vraiment gagné au change ?

A l’inverse, remplacer un huile minérale (dérivée de la pétrochimie) ou synthétique (silicone) par une huile végétale (amande douce, avocat, argan, tournesol,…) représente une réelle alternative qui profite au consommateur. Souvent, les ‘sans’ remplacés par des produits plus qualitatifs ont un impact direct sur le prix du produit.

➡ Ne choisissez pas un produit uniquement parce qu’il s’agit d’un « sans ». Recherchez avec précision par quoi les ingrédients ont été remplacés.

Analyse de la composition cosmétique

L’importance de l’ordre des ingrédients dans la composition

Il est possible d’apprendre à lire les étiquettes avec quelques règles de base qui s’appliquent à l’ensemble des cosmétiques. La première est que les ingrédients sont énumérés par ordre d’importance (c’est une obligation légale). En d’autres termes, plus un ingrédient est placé haut dans la liste, plus la formule en contient. Si le premier ingrédient est aqua c’est que l’eau est l’ingrédient principal de votre produit de beauté.

En général les six premiers ingrédients constituent la base de la formule (80 à 90%). Les suivant peuvent être très très faiblement dosés de 5% à 0.001%. Si ces premiers ingrédients sont des ingrédients végétaux ou d’origine végétale le produit est plutôt naturel. S’il faut un master de chimie pour déterminer de quel ingrédient il s’agit, vous avez à faire un une formulation bien moins naturelle.

La longueur de la liste des ingrédients

Plus la liste est longue plus on multiplie les chances de trouver des ingrédients indésirables. D’autant qu’à partir de 1% et moins, la réglementation prévoit, que les ingrédients peuvent être mentionnés dans le désordre. Autrement dit, un actif dosé à 0.01% pourra être mentionné avant les solvants pesant 0.99% du produit final !

Les ingrédients naturels sont souvent énumérés avec leur nom latin (cocos nucifera pour la coco, calendula officinalis pour le calendula,…).

Cette appellation latine peut être suivie par un terme anglais qui permet de déterminer le type d’extrait végétal utilisé. Oil désigne une huile, essential oil une huile essentielle, extract un extrait, water une eau florale et butter un beurre végétal.

Analyse composition cosmétique : Les ingrédients à éviter

Les abréviations en majuscules comme PEG, BHA, EDTA sont plutôt des ingrédients de synthèse indésirables.

Les colorants sont souvent sous la forme : CI (Colour Index) + 5 chiffres. Par exemple CI75100 désigne le colorant jaune.

Les conservateurs sont présents dans la quasi totalité des cosmétiques et sont essentiels pour éviter que celui ci se dégrade. Il existe trois sortes de conservateurs : naturels, d’origine naturelle ou synthétique. Certains conservateurs sont associés aux effets indésirables suivants : irritants, allergisants, toxiques, cancérogènes.

Il faut éviter les parabènes (paraben ou paraxybenzoate), le phénoxyéthanol, le méthylisothiazolinone, le triclosan, le cetrimonium bromide.

On peut retrouver des détergents agressifs dans les produits nettoyants comme les shampoings et les gels douche. Ils peuvent être irritants pour la peau. Certains sont autorisés dans la cosmétique bio.

Il sont facile à reconnaître, il s’agit de tous les mots se terminant par sulflate.

Les huiles et les silicones sont souvent dérivés de l’industrie pétrochimique car elles sont stables et peu chères. Mais, leur impact sur l’environnement très négatif et les soupçons d’être des perturbateurs endocriniens pousse à les éviter. Les huiles estérifiées ou hydrogénées sont des dérivées d’huiles naturelles. Elles ont été modifiées chimiquement et sont donc beaucoup moins chères !

40% des produits d’hygiène-beauté contiennent au moins un perturbateur endocrinien (étude indépendante de l’institut Noteo en 2013).

Voici comment les reconnaître : Paraffinum liquidum, petrolatum, mineral oil, mots se terminant par methicone ou siloxane. Les huiles estérifiées ou hydrogénées sont mentionnées sous la forme caprylic caprictriglyceride, coco caprylate caprate, decyl oleate,…

Analyse composition cosmétique : Les ingrédients à privilégier

Il y a encore de nombreux fabricants qui utilisent des ingrédients bons pour notre peau, notre santé et la planète.

Les huiles végétales sont obtenues par pression de fruits ou de graines. Il s’agit de corps gras aux propriétés extraordinaires et spécifiques en fonction de l’huile choisie. Elles sont riches en acides gras et nourrissent la peau. L’idéal est d’opter pour des huiles végétales bio, de première pression à froid pour que toutes leurs propriétés soient préservées.

Les huiles essentielles sont obtenues en distillant les plantes. Elles sont un concentré de molécules actives. Pour en savoir plus consultez l’article : Comment utiliser les huiles essentielles ? Bienfaits et Précautions

Les hydrolats ou les eaux florales sont des produits secondaires de la distillation. Ils sont souvent présents dans les crèmes pour le visage mais aussi pures comme une lotion tonique.

Des conseils par type de produits

Pour les gels douche il vaut mieux éviter les agents lavants irritants. A l’inverse, recherchez les tensioactifs d’origine naturelle, plus respectueux de l’épiderme.

Pour les shampoings et les masques, il faut éviter les silicones (noms des composants se terminant en -thicone). Ils forment une gaine autour du cheveux qui semble améliore sa texture et sa brillance mais seulement en apparence. Les mentions SANS SILICONE se sont multipliés sur les étiquettes mais au profit des quats ! Cela revient à choisir entre la peste et le choléra ! Les quats présentent les mêmes inconvénients et sont tout aussi irritants !

Pour les rouges à lèvres il faut redoubler de prudence car on avale, en fin de compte, une bonne partie du produit. Il vaut donc mieux éviter, les silicones (noms des composants se terminant en -thicone) les huiles minérales (paraffinum, petrolatum,…) et les colorants de synthèse. A la place choisissez des produits riche en cire d’abeille ou en graisse végétale (beurre de karité, beurre de cacao,…).

Les déodorants contiennent souvent des sels d’aluminium qui obstruent les pores de la peau et sont considérés comme toxiques.

Les outils numériques pour une analyse de la composition cosmétique

Il existe aujourd’hui de nombreux sites internet pour connaître la composition de ses cosmétiques et faire les bons choix plus rapidement :

  • INCI : le site de référence sur les ingrédients des cosmétiques. Il suffit d’indiquer un ingrédient pour avoir un contenu très détaillé et mis à jour.
  • Le flacon : un site avec une présentation ancienne mais dont l’information reste très intéressante
  • Que choisir : site et application mobile pour déterminer si la composition d’un produit  présente un quelconque risque. Il suffit d’indiquer le nom d’une marque, d’un produit ou son code barre pour obtenir un tableau avec des logos de couleurs classés aussi en fonction de type de personne qui va utiliser le produit (adultes, enfants, ados, femmes enceintes,…).
  • Yuka : la fameuse application mobile qu’on ne présente plus, permet également d’obtenir une notation sur les produits cosmétiques. Vous pouvez découvrir mon avis complet sur Yuka dans cet article.

Choisir des produits de beauté naturels

Un produit naturel n’aura pas besoin d’un emballage multipliant les mentions et les allégations censées rassurer le consommateur.

Sa composition sera simple, il contiendra peu d’ ingrédients d’origine naturelle, issus de l’agriculture bio ou non. Ils seront issus des végétaux (huiles essentielles, eaux forales…), des animaux (miel, cire d’abeille, propolis, lanoline…) ou autre (sel, sucre, argile).

Le fabricant aura facilité la communication avec le consommateur en rendant la liste des ingrédients lisible, parfois traduite en français, et surtout expliquée. Le fabricant peut aussi jouer la transparence en donnant des informations sur ses procédés, ses fournisseurs, son entreprise.

5 Conseils pour choisir des cosmétiques naturels

  1. Se renseigner avant d’acheter. Il existe de nombreux outils pratiques pour décrypter les étiquettes disponibles en ligne. Car malgré les indications ci dessus, il reste parfois compliqué de connaître chaque ingrédient de sa composition. Le meilleur moyen de faire le bon choix est de vérifier la composition du produit avant d’acheter.
  2. Repérer les marques de qualité. Personnellement, je me prépare avant d’aller en rayon. J’ai déjà repéré en avance les marques les plus respectueuses de ma peau et de l’environnement.
  3. Changer sa source d’approvisionnement. Acheter ses produits sur internet permet bien souvent d’accéder facilement à la liste des ingrédients (pas jaune clair sur fond blanc écrit en caractère taille 3 comme sur certains emballages !). Aller faire ses achats en magasin bio permet d’éviter certains ingrédients particulièrement nocifs.
  4. Faire soi même ses cosmétiques et utiliser des ingrédients purs. Il devient de plus en plus facile de faire ses cosmétiques maison ou d’utiliser directement les produits purs. Pour vous inspirer consultez ma routine naturelle pour les cheveux, ma routine visage et les produits jetables que j’ai remplacé par du durable dans ma salle de bain !
  5. Eviter les pièges qui peuvent induire en erreurs. Ne vous laissez par berner par des logos, une image sur le produit, une publicité ou des mentions et revendications non réglementées. Sans parler des emballages souvent disproportionnés par rapport à la quantité de produit !  Pour en savoir plus, consultez l’article : Les arnaques des emballages, déjouez les pièges !

Et vous comment faites vous pour « l’analyse composition cosmétique » ?

💡 Dans la partie Tests Produits du site, vous trouverez de nombreux cosmétiques dont j’ai décrypté les étiquettes. Quand je teste un produit, je vous indique toujours sa composition exacte et précise. Un bon moyen de commencer à se familiariser avec les étiquettes des cosmétiques.  😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pour aller plus loin