arrêter les jeux d'argent

C’est un fait, en temps de crise les jeux d’argent ont le vent en poupe. La pandémie du covid 19 a d’ailleurs donné un nouveau coup d’accélérateur aux revenus des deux acteurs historiques des jeux d’argent que sont la FDJ (française des jeux) et le PMU (pari mutuel urbain). Si gagner est l’objectif de centaines de milliers de joueurs, rares sont les heureux élus. Voilà déjà un argument de poids pour arrêter les jeux d’argent, vous allez voir que ce n’est pas le seul !

Qui sont les grands gagnants des jeux d’argent ?

Ces 10 dernières années, les jeux en ligne ont fait leur apparition. Le monopole de la FDJ et du PMU ont du faire avec cette nouvelle concurrence. Poker, paris, casinos…plus besoin de sortir, depuis votre ordinateur, tablette, smartphone, et une connexion internet vous pouvez jouer.

Allons à l’essentiel, les plus gros gagnants ne sont pas les Mr et Mme Dupont qui ont remporté la fameuse somme avec six zéros derrière. Le seul vrai gagnant des jeux d’argent reste, et de loin, l’État. Il gagne à tous les coups. Avec près de 50 milliards d’euros joués chaque année, l’état en prélève environ 10%. En ajoutant les dividendes (plusieurs dizaines de millions d’euros) au titre de la participation de l’Etat au capital de la FDJ et chaque année, c’est le jackpot.

En tout cas c’était le cas, jusqu’au 7 novembre 2019, date à laquelle le gouvernement à entrepris la privatisation de la FDJ. Le 21 novembre 2019, l’état a cédé 52% de ses parts (il en possédait 72%) pour n’en garder «que» 20%. Résultat de l’opération : 2 milliards. Petit rappel tout de même, l’état n’est pas une personne physique. Tout cet argent est utilisé pour le fonctionnement du pays (éducation, santé, défense…).

L’autre grand gagnant des jeux d’argent ou plutôt les autres grands gagnants, sont les opérateurs de jeux. Au lieu de vous abreuver de chiffres toujours plus élevés, garder bien ceci en tête :  Plus vous perdez, plus ils gagnent. Plus vous jouez, plus ils gagnent. Dans tout les cas, ce sont eux les gagnants, pas vous. Une bonne raison d’arrêter les jeux d’argent, non ?

L’impact des jeux d’argent sur le budget des français

Depuis leur apparition et les données disponibles, la part de budget consacré aux jeux d’argent a constamment augmenté. De 76€ en 1990 à 134€ en 2000, il est aujourd’hui d’environ 200€ par an et par habitant.

Cela représente en moyenne environ 10% par an du budget loisir d’un ménage. C’est finalement peu en comparaison des dépenses liée à l’alcool ou au tabac, surtout si on tient compte que cette somme s’étale tout au long de l’année. Mais tout comme l’alcool et le tabac, le jeu crée une addiction qui peut être dévastatrice aussi bien pour la santé physique que financière.

Depuis un peu plus de 30 ans maintenant, les jeux à gratter font parti du paysage. Que cela soit en ligne ou en physique, 90 jeux à gratter sont disponibles et de nouveaux apparaissent régulièrement. Selon la FDJ (française des jeux), près de 400 millions d’euros de gains ont été remportés en ligne en 2019. Les jeux à gratter se taillent la plus grosse part du gâteau, suivi des jeux à tirages (lotos) et les paris sportifs.

Pourquoi arrêter de jouer au Loto et à l’Euro million ?

Le risque d’addiction au jeu

Peu importe l’addiction, les conséquences sont rarement positives. Dans le domaine des jeux d’argent, les répercussions sur les finances du foyer sont nombreuses et durables. Un joueur accroc aux jeux espère toujours combler ses pertes en jouant davantage. C’est un cercle vicieux dont il ne peut sortir gagnant, aussi bien à court qu’à long terme.

Les risques sont nombreux : difficultés à payer ses factures (loyer, charges, crédits…), accumulation de dettes, et à terme, être fiché au registre des interdits bancaires avec toutes les conséquences que cela implique.

Pour éviter cette escalade, le mieux est évidemment d’arrêter les jeux d’argent. Mais si cette pratique prends le dessus sur votre raison alors il faut agir, et vite.

Si vous êtes concerné ou que votre conjoint l’est, veiller à avoir des comptes en banque séparés. Bien sûr, la séparation des comptes ne suffit pas à responsabiliser le joueur dépendant. Il ne s’agit pas de lui donner la sensation que l’argent dont il dispose sur son compte en banque est uniquement un budget dédiée à sa dépendance.

En répartissant équitablement les dépenses inhérentes du foyer, cela permettra au foyer de ne pas subir le manque de maîtrise du conjoint et de se retrouver entraîner avec lui dans une situation financière qui serait difficile à redresser. L’objectif visé est la prise de conscience du conjoint concerné.

Aider un proche à sortir de la dépendance

Dans le cadre de la dépendance aux jeux, soyez prudents. La solution la plus simple n’est pas la meilleure. Éponger les dettes d’un proche peut sembler efficace sur le coup, mais cette solution n’aura qu’un impact limité dans le temps et ne solutionnera pas la cause profonde. Comme toutes les addictions, des professionnels existent pour accompagner ceux qui en sont prisonniers. La dépendance aux jeux d’argent ne fait pas exception. Aujourd’hui, ce sont des centaines de milliers de Français qui déclarent être dépendants aux jeux d’argent.

Si vous, votre conjoint, votre ami/e commencez à rencontrer des difficultés financières, ne tarder pas. Contactez votre conseiller bancaire afin de mettre en place des mesures fermes : arrêt des prélèvements automatiques autorisés sur les sites de jeux en ligne et mise en place d’un plafond des dépenses. Plus radicale si besoin, remplir une demande d’interdiction dans les établissements de jeux. Cette interdiction est valable aussi bien pour les casinos physique que virtuel et sa durée est de 3 ans minimum.

Les publicités de la FDJ, du PMU, BetClic & consorts utilisent toujours les mêmes ficelles pour vous faire miroiter une vie extraordinaire, heureuse, épanouie…etc. Ces publicités vous expliqueront toujours ce que vous pourriez gagner, mais jamais tout ce que vous avez à perdre. Les témoignages des grands perdants sont bien plus nombreux que ceux des grands gagnants et font froid dans le dos.

 💡 Découvrez des conseils pratiques et des témoignages sur le site : joueurs-info-service.fr

Conclusion sur le jeu

Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. C’est le message d’avertissement que l’on entend lors des publicités à la télévision ou à la radio.

Selon des statistiques récentes, vous avez 1 chance sur 1 906 884 d’avoir les 5 bons n° du loto. C’est pire pour les jeux à gratter et autres casinos en ligne. D’un strict point de vue mathématiques, c’est une pure perte de temps et d’argent que de jouer et d’espérer gagner.

Pour les accrocs aux jeux d’argent, gagner ne leur procurera même pas une satisfaction durable, et pour les joueurs surendettés, ça ne leur apportera pas non plus la sécurité financière puisque s’ils ont manqué d’équilibre jusqu’à présent, ils continueront d’en manquer par la suite.

La solution ? Les français jouent en moyenne 200€ par an et par habitant. Au lieu de jouer cet argent, arrêter les jeux d’argent et à la place, épargnez cette somme. Vous avez bien plus à gagner en épargnant qu’en jouant. En épargnant, on est sûr de gagner à tous les coups !

Du reste, une vie heureuse et épanoui sans être millionnaire du loto est possible, les articles comment profiter de la vie sans argent et de quoi ai je vraiment besoin pour être heureux sont une bonne base pour vous donner des pistes à explorer.

Diplômé dans le domaine de la comptabilité et plus particulièrement en tant que gestionnaire de paye, je m'intéresse tout particulièrement à l'actualité économique et financière. J'ai également travaillé dans le domaine commercial pour de grands groupes d'équipements et dans une ONG liée au développement durable. J'ai rejoins Amélie, la créatrice passionnée de ce site, il y a quelques mois. Je collabore à la rédaction des articles liés à des tests produits et des guides d'achats. En parallèle, je travaille activement sur la mise à jour des articles en fonction de l'actualité.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.