assistance juridique gratuite

Action de groupe, médiation, sites de saisie de la justice en ligne…plusieurs moyens existent pour défendre ses droits gratuitement. En plus, la plupart des procédures sont gratuites, alors simplifiez vous la vie et réglez les petits litiges du quotidien facilement. Mais, comment obtenir une consultation avec un avocat gratuit ? A qui s’adresser pour avoir une assistance juridique gratuite ?

Souvent quand un litige se présente, la seule idée de se pourvoir en justice paraît compliquée. Les tribunaux sont engorgés, les procédures longues et complexes et les avocats souvent coûteux. Alors avant même de commencer, beaucoup préfèrent renoncer à défendre leurs droits. Et se sont les grosses sociétés, les petits voisins qui se croient tout permis et les commerçants malhonnêtes qui jubilent ! Plus pour longtemps ! De nouveaux moyens simples, rapides et peu coûteux voire gratuits existent pour vous défendre. Bien sûr, ces nouveaux services ont aussi leurs limites mais ils méritent d’être connus et tentés.

Voici les différentes solutions pour défendre vos droits abordés dans cet l’article :

Consulter un avocat gratuit

Les institutions publiques ont mis en place plusieurs permanences pour permettre aux citoyens de s’informer sur leurs droits et obtenir un conseil avocat gratuit. L’accès à ces permanences peut être soumis à des conditions de ressources.

Des consultations avec un avocat gratuit peuvent être organisées dans : les mairies, les tribunaux d’instance, les tribunaux de grande instance. Renseignez vous par téléphone ou en tapant « votre ville + point d’accès au droit » sur un moteur de recherches.

 

Certains contrats d’assurances permettent aussi de profiter d’une assistance juridique gratuite par téléphone. Si vous êtes adhérent d‘une association de consommateurs vous pouvez aussi profiter de conseils juridiques gratuits. Enfin, si votre litige concerne le monde du travail, et que vous êtes syndiqué, l’avocat du syndicat pourra vous renseigner.

pub

L’aide juridictionnelle

L’aide juridictionnelle est aussi un autre moyen pour obtenir une assistance juridique gratuite. Cela vous permet de bénéficier d’une prise en charge totale ou partielle par l’État des honoraires et frais de justice (avocat, huissier, etc.) si vous avez de faibles ressources.

À titre d’exemple, une aide totale sera accordée à une personne seule justifiant d’un revenu fiscal de référence inférieur à 11 262 € (barème janvier 2021).

 

Vous pouvez demander cette aide avant ou après que l’affaire commence. La demande se fait par formulaire. Vous devez la déposer auprès du tribunal chargé de l’affaire. Pour savoir si vos revenus vous permettent de bénéficier de cette aide, utilisez le simulateur disponible à cette adresse. Bien sûr, si vous avez un contrat de protection juridique qui prend en charge toute la procédure, vous n’avez pas droit à l’aide juridictionnelle.

Dans un arrêt récent, la Cour de cassation rappelle toutefois que les justiciables ne doivent pas en abuser sous peine de se la voir retirer. Il est important de préciser qu’une fois accordée, l’aide juridictionnelle peut être retirée en totalité ou en partie pour plusieurs motifs : en cas de fraude, de procédure abusive ou d’augmentation des ressources du bénéficiaire.

Ce principe a été rappelé par la Cour de cassation dans un arrêt datant du 18 octobre 2018. Un plaideur se montrait particulièrement exigeant envers ses avocats en les amenant successivement à renoncer à assurer sa défense. Les avocats locaux avaient finalement décidé de ne plus donner suite à ses demandes le laissant seul face aux juges. La Cour estime toutefois que le justiciable s’est placé lui-même dans cette situation. En effet, bénéficier de l’assistance et du conseil d’un avocat gratuit ne l’autorise pas à en abuser. En se montrant agressif envers ses défenseurs, l’individu s’est donc privé seul de son droit.

Les associations de consommateurs

Les associations de consommateurs informent les particuliers sur leurs droits, négocient avec les professionnels, accompagnent dans les démarches,…etc. La plupart des associations ci dessous, on des antennes régionales et locales.

Nom de l’association Coût de l’adhésion
ADEIC – Association de défense, d’éducation et d’information du consomateur 35€
Familles de France à partir de 15€ (en fonction des régions)
CLCV – Consommation, logement et cadre de vie 30€
Cnafal – Conseil nationale des associations familiales laïques 10€, selon la région
Familles rurales 29€
UFC que choisir à partir de 30€ (en fonction des régions)
UNAF (union nationale des associations familiales) à partir de 10€ (en fonction des régions)

 

La médiation, une autre forme d’assistance juridique gratuite

La médiation est un moyen simple de défendre ses droits. Cette procédure est en train de devenir incontournable avant toute action en justice. Il serait d’ailleurs dommage de s’en priver car c’est une procédure gratuite. Il s’agit d’une alternative à l’action judiciaire souvent longue et coûteuse. Le consommateur garde néanmoins la possibilité de saisir le juge si la médiation n’aboutit pas.

Pour trouver le médiateur en mesure de répondre à votre demande consulter le site https://www.economie.gouv.fr/mediation-conso/saisir-mediateur

Pour que votre demande soit recevable, vous devez au préalable démontrer que vous avez déjà tenté de trouver une solution. Le médiateur est impartial, il ne prend partie pour l’un au l’autre, mais tente de parvenir à un accord.

Le médiateur, à défaut d’accord entre les parties, propose une solution pour régler le litige. En leur communiquant sa proposition le médiateur rappelle aux parties qu’elles sont libres d’accepter ou de refuser sa proposition de solution.

Si les parties acceptent la proposition de solution du médiateur, elles renoncent à saisir le juge pour le litige en question, à l’exception des cas où le professionnel aurait dissimulé certaines informations ou si des éléments nouveaux concernant la réclamation apparaissent. Le consommateur non satisfait qui refuse la solution proposée peut donc toujours tenter un recours en justice en utilisant une autre forme d’assistance juridique gratuite si besoin.

L’action de groupe

Pour les petits litiges du quotidien comme des frais abusifs mais peu élevés facturés pour certains services, peu de consommateurs étaient prêts à se battre en justice. L’action de groupe jusqu’ici plutôt connue aux Etats Unis depuis les années 50 est en train de changer la donne. Cette procédure permet aux victimes de se regrouper et d’obtenir lors d’un même procès, réparation pour les dommages subis. Le seul petit souci c’est que pour pouvoir y recourir, il faut convaincre une association de consommateurs agréée d’initier la procédure.

Les actions de groupe engagées depuis octobre 2014 ont porté notamment sur les communications électroniques (pratique commerciale trompeuse), sur l’assurance-vie (non-respect du taux de rémunération annoncé), le commerce automobile, ainsi que sur le logement : frais indus d’envoi de quittances de loyers, facturation de frais de télésurveillance des ascenseurs, pénalités pour retard de loyer.

Pour rejoindre une action de groupe en cours, vous n’aurez rien à débourser, c’est gratuit. C’est donc bien un moyen supplémentaire de défendre ses droits et obtenir une assistance juridique gratuite. Vous pouvez aussi attendre la fin de la procédure et vous faire connaître en tant que victime après la décision du juge (dans un délai de 2 à 6 mois en général).

Les procédures en ligne

Parfois défendre ses droits sans avocat n’est pas possible, mais il est possible de vraiment limiter les frais. De nombreux sites internet, vous proposent de vous aider à entamer des procédures en ligne. Ces sites commencent par l’envoi d’une mise en demeure bien rédigée (argumentaire juridique et textes de loi à l’appui) qui peuvent impressionner votre adversaire et suffire à le faire obtempérer. Sans réaction de l’adversaire dans les quinze jours, certains sites vous proposent (uniquement en ligne) de poursuivre la procédure en saisissant le tribunal compétent. Par contre, même si votre dossier sera préparé, vous ne serez pas accompagnés pour faire face à votre adversaire lors de l’audience.

Le montant maximal des litiges qui peuvent être réglés par les plateformes internet est de 10 000 euros.

Ces procédures en ligne sont particulièrement efficaces si vous êtes sûrs de vos droits comme par exemple pour un produit non livré ou un prélèvement abusif. Pour les affaires plus complexes, il vaut mieux faire appel à une association de consommateurs ou un conseil avocat gratuit. Le coût de la première étape, c’est à dire la mise en demeure va de 29.99€ à 55€ en fonction des sites. C’est bien moins cher que de faire appel à un avocat et plus efficace que de se lancer seul dans une procédure !

Pour déposer une requête devant un tribunal administratif, une cour administrative d’appel ou le Conseil d’État, il existe maintenant un site : Télérecours citoyens. Il vous permet de tout faire en ligne.

➡ Et vous, que pensez vous de ces méthodes pour défendre ses droits ? Avez vous déjà eu l’occasion de bénéficier d’une assistance juridique gratuite ?

 💡 Quelques articles pour vous aider à défendre vos droits :

Bonjour, moi c'est Amélie, J’ai commencé à rechercher des astuces et des bons plans quand j’étais étudiante pour financer mes études en Economie et Droit. Finalement,les bonnes habitudes que j’avais prises ne m’ont jamais quittées. Après avoir exercé plusieurs métiers (conseiller bancaire, professeur d'économie gestion,...) j’ai développé mes méthodes, repéré et testé de nouvelles astuces. Aujourd'hui, je me consacre entièrement à la création des contenus pour aider un maximum de familles à dépenser moins et profiter plus de la vie. Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.