comment fonctionne l'assurance vie

L’assurance vie reste le placement financier préféré des français. Pourtant en 2020, ce placement a subi un sérieux revers et n’a apporté qu’une faible rémunération aux épargnants. Malgré tout, certains professionnels anticipent un retour en force de ce placement dans les mois à venir. Il s’agit d’un produit financier adaptable qui convient à de multiples objectifs et qui présente de nombreux avantages fiscaux. Mais pour pouvoir en profiter, il faut avoir le bon contrat ! Entre les frais qui explosent, la complexité de certains contrats, les mauvais rendements,… difficile de faire le bon choix. Pour vous aider dans votre choix, dans ce guide nous allons répondre aux questions suivantes : Qu’est ce que l’assurance vie ? Quelles sont les différents types d’assurance vie ? Comment fonctionne une assurance vie ? Quels sont les réflexes qu’il faut avoir au moment de souscrire un contrat ? Comment changer de contrat ?

40% des ménages français disposent d’un contrat d’assurance vie selon l’Insee.

Les avantages de l’assurance vie

L’assurance vie offre de multiples avantages. Elle vous permet de compléter vos revenus notamment à la retraite par des retraits ou le versement d’une rente. Elle permet de transmettre son patrimoine à des bénéficiaires en profitant d’une fiscalité plus avantageuse. Enfin, elle permet de se constituer un capital à long terme. Après quelques années, vous pouvez retirer votre capital avec des intérêts (attention certains contrats peuvent mener à des risques de pertes de capital, on va en reparler).

Comment fonctionne une assurance vie ?

Qu’est ce que l’assurance vie ?

Un contrat d’assurance permet toujours de se protéger d’un risque. L’assurance habitation protège son logement en cas de dégât des eaux ou d’incendie par exemple. Ouvrir un contrat d’assurance vie a plus souvent pour objectif de placer son épargne plutôt que de se protéger d’un risque. Pourtant, l’assurance vie comme son nom l’indique vise à protéger la vie humaine. Comment cela ?

En contre partie de versements réguliers sur le contrat, l’assureur s’engage à verser aux bénéficiaires du contrat, un capital ou une rente à un moment déterminé. La personne qui souscrit le contrat (souscripteur) peut être la même ou différente de la personne qui percevra le capital (bénéficiaire). Par exemple, des parents peuvent souscrire un contrat en indiquant leurs enfants comme bénéficiaires.

Comment fonctionne une assurance vie en cas de vie ?

L’assurance en cas de vie, permet à l’épargnant de s’assurer un capital ou une rente, s’il est toujours vivant à une date donnée (par exemple au moment de la retraite). Le problème c’est que si l’assuré meurt avant la date déterminée sur le contrat, l’argent est perdu. Pour bien comprendre, c’est le même principe que pour d’autres assurances, comme l’assurance habitation. Vous êtes assuré par exemple assuré contre les incendies (le risque), si votre maison n’est jamais concernée par un feu (le risque ne se produit pas), l’assureur ne va pas vous rembourser vos cotisations.

Comment fonctionne une assurance vie en cas de décès ?

L’assurance en cas de décès, permet de s’assurer en cas de décès. Si la personne qui a souscrit le contrat meurt durant la période couverte par le contrat, une rente ou un capital est versé aux bénéficiaires (souvent les héritiers) indiqués sur le contrat. Il peut s’agit d’une assurance temporaire qui permet de déterminer une période particulière au contrat. Par exemple, certains contrats permettent aux parents d’un étudiant de s’assurer qu’en cas de décès de l’un d’eux, les études de leur enfant continueront d’être financées (sous forme d’une rente). Autre possibilité, souscrire une assurance vie entière pour qu’en cas de décès quelle que soit la date, le contrat permet au souscripteur de constituer une épargne pour son bénéficiaire. L’objectif est ici de transmettre un patrimoine à ses héritiers.

L’assurance mixte, permet de combiner les deux garanties. Un capital est prévu en cas de survie à une date donnée mais aussi en cas décès.

pub
pub

La clause bénéficiaire

Quel que soit le type d’assurance vie choisie et votre objectif (épargne ou transmission de patrimoine), il est important de prendre le temps de bien rédiger la clause indiquant son bénéficiaire peut s’avérer déterminant.

✅ Faire le bon choix : Ne négligez pas cette étape déterminante et souvent bâclée au profit de mentions pré établies dans le contrat qui s’avèrent inadaptées à la situation.

L’assurance vie peut permettre de financer une partie des frais d’obsèques pour en savoir plus consultez l’article : Coût des Obsèques : Conseils pratiques pour réduire les frais

Comment choisir son assurance vie ?

Chaque année, 2 à 2.5 millions de nouveaux contrats d’assurance vie sont souscrits.

Pourtant, choisir un contrat est un vrai casse tête ! Il existe aujourd’hui environ 250 assurances vie différentes sur le marché !!

Conseil et information obligatoire

Avant de souscrire un contrat d’assurance vie, l’assureur ou l’intermédiaire financier doit vous poser des questions sur vos exigences, vos besoins, votre situation financière, vos objectifs et vos connaissances en matière financière. Il doit bien vous expliquer comment fonctionne une assurance vie, et plus particulièrement le contrat qu’il vous propose.

✅Faire le bon choix : L’objectif de ces questions et de vous proposé un contrat adapté à vos besoins. Alors, répondez de la manière la plus honnête possible. Si vous avez peu de connaissances dans le domaine financier, inutile de tenter de le cacher, au contraire c’est le moment de le dire pour pousser le conseiller à vous donner un maximum d’explications et vous proposer un contrat mieux adapté à vos besoins.

Les documents d’informations de l’assurance vie

Le professionnel doit aussi vous remettre les documents suivants :

  • le document d’information clé du contrat : depuis le 1er janvier 2018 c’est une obligation. Il s’agit d’un document standardisé qui réunit les informations clés (risques, gains, pertes, frais,…etc). Il permet de comparer facilement différents contrats. Vous pouvez demandez les documents d’informations sur tous les sites proposants des produits de placements gratuitement ! Personnellement, je trouve préférable de demander des documents écrits et de les étudier tranquillement avant d’avoir un contact téléphonique avec un conseiller.
  • Informations sur vos besoins et vos motivations : Avant de conclure le contrat, le professionnel doit vous remettre par écrit un document qui résume vos exigences et vos besoins qui l’on conduit à vous conseiller ce produit.
  • les documents d’informations précontractuelle : notice d’information du contrat, proposition d’assurance.
  • les conditions de renonciation (modèle de lettre) : A ce propos, L’article L. 132-5-1 du code des assurances prévoit, dans son premier alinéa : « Toute personne physique qui a signé une proposition ou un contrat d’assurance sur la vie ou de capitalisation a la faculté d’y renoncer par lettre recommandée avec demande d’avis de réception pendant le délai de trente jours calendaires révolus à compter du moment où elle est informée que le contrat est conclu. Ce délai expire le dernier jour à vingt-quatre heures. S’il expire un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé, il n’est pas prorogé. »

Les frais d’un contrat d’assurance vie

L’assurance vie est un produit financier qui implique plusieurs frais :

  • Les frais de dossier : à payer une seule fois au moment de la souscription du contrat.
  • Les versements : à chaque versement effectué sur le contrat il y a des frais, de 0% à 5% selon les produits. Concrètement, un contrat avec des frais de plus de 2.5% devrait être écarté d’emblée. Le contrat peut être à versements programmés (mensuel, trimestriel,…) ou libres (avec un minimum de cotisation bien souvent).
  • Les frais de gestion annuels : Il s’agit de frais prélevés sur l’épargne que vous avez constitué. 0.85% par an devrait être un maximum. Les supports financiers en unité de compte sont soumis à des frais de gestion supplémentaires.
  • Le service après vente : avez vous la possibilité de consulter la gestion de votre contrat à distance ? Quels sont les délais d’exécution de vos demandes ? La qualité des conseils et des informations ?

✅ Faire le bon choix : Ne vous laissez pas convaincre par les arguments rassurants d’un commercial qui met en avant la notoriété de son entreprise, son ancienneté,…pour éluder les questions précises sur les frais. Ce qui compte pour vous c’est la qualité du contrat et ses avantages, pas la réputation de votre intermédiaire financier.

Lisez cet article pour en savoir plus : Arnaques financières | Le guide pour protéger son argent !

Si vous êtes autonome et habitué à gérer vos contrats en ligne (banque, assurance,…), n’hésitez pas à vous tourner vers les contrats en ligne. Les frais sont souvent bien plus faibles, ce qui rend les contrats plus attractifs.

🧐 Découvrir des contrats en ligne

Les supports financiers dans un contrat d’assurance vie

Le fonds en euros

Le fond en euros est constitué d’actifs en euros (obligations, placements immobiliers…) qui présentent peu de risques. Le risque faible implique également un rendement faible. Par contre, l’épargnant évite la perte du capital investi. Certains contrats prévoient un taux minimal garanti.

✅ Faire le bon choix : Pour analyser un fond en euros il faut consulter les rendements sur les 4 dernières années. De mauvais taux successifs ne sont pas une bonne indication. Bien que, les rendements passés ne présument en rien des rendements futurs, ils donnent tout de même une indication, une tendance.

Pour d’autres idées de placements sans risque consultez l’article : Placer son argent sans risques | Le guide complet !

Le fond en unités de comptes

Les unités de comptes peuvent être des actions, des obligations, des parts dans des organismes de placement collectif, des parts de placement immobiliers, des instruments financiers complexes (fonds structurés ou à formule). Les contrats d’assurance vie en unités de compte permettent un investissement diversifié sur les marchés financiers et immobiliers. Ces supports présentent un risque de perte en capital et sont soumis à des frais spécifiques. Il s’agit de produits plus difficiles à appréhender pour des investisseurs non professionnels. D’où l’importance de s’appuyer sur un intermédiaire financier de qualité qui fournira l’information et les conseils adéquats.

✅ Faire le bon choix : Il faut analyser la diversité des supports proposés. Si votre assureur vous propose une version « gestion pilotée » vous confiez votre épargne à des pros qui vont choisir les produits sur lesquels investir pour vous. Dans ce cas, demandez qui gère exactement et à quel prix ? Certains contrats vous permettent d’avoir une « gestion libre » c’est à dire que vous pourrez répartir vous même votre épargne, ce qui implique de bien réagir aux évolutions du marché financier.

L’assurance vie mono support ou multi supports

Comment fonctionne une assurance vie mono support ou multi support ? Quand un contrat d’assurance vie est mono support, l’ensemble des versements sont investis sur un seul support financier : fond en euros (non risqué) ou unité de compte (plus risqué). Si le contrat est multi supports, les primes sont réparties entre plusieurs supports financiers plus ou moins risqués.

✅ Faire le bon choix : Il est important de déterminer sa stratégie avant de comparer les contrats d’assurance vie. Si l’épargnant souhaite protéger son capital, il optera pour un contrat présentant peu de risques. A l’inverse, si l’épargnant dispose d’un horizon à plus long terme il pourra choisir des placements plus dynamiques. L’avantage des contrats multisupports c’est qu’il est possible de ne risquer qu’une partie (un pourcentage) de son capital.

Plus vous souhaitez placer votre argent à long terme, plus vous pouvez prendre certains risques.

La fiscalité de l’assurance vie

Rachat partiel et Rachat total

Comme on l’a vu, l’assurance vie est un contrat lié à la vie ou la mort de son bénéficiaire. Mais, il n’est pas nécessaire d’attendre ces événements pour profiter de son investissement. En cas de besoin d’argent avant la fin du contrat, il est possible de demander un rachat total ou partiel si le contrat le prévoit.

Le rachat total permet de se faire rembourser l’intégralité de son contrat avant son échéance. Le rachat partiel permet de se faire rembourser une partie du contrat. L’autre reste investie dans l’assurance vie.

L’assureur dispose d’un délai de 2 mois au maximum pour vous verser les fonds suite à une demande de rachat. Bien sûr, à compter de la la réception des pièces nécessaires à l’exécution de cette opération et vous verser les fonds (article L. 132-21 du code des assurances). S’il dépasse ce délai, il devra vous verser des intérêts au taux légal.

La fiscalité de l’assurance vie en cas de rachat

Mais, au niveau fiscal, les avantages interviennent au bout de 8 ans.

Ce placement est imposable à la sortie en cas de rachat partiel ou total du contrat. En cas de rachat, votre assureur vous verse le capital que vous aviez placé sur le contrat + les intérêts. L’imposition ne s’applique que sur la part d’intérêts par sur le capital !

imposition assurance vie
Source : lafinancepourtous.com

Il y a plusieurs cas de figure en fonction du moment où vous avez versé les fonds sur le contrat d’assurance vie, pour faire simple, voici les règles en cas de versement à partir du 27 septembre 2017 :

Si vous réalisez un retrait avant 8 ans vous êtes imposé à hauteur d’un taux global de 30% (12.8% de prélèvement forfaitaire + 17.2% de prélèvements sociaux)

Si vous réalisez un retrait après 8 ans, deux cas de figure :

  • les sommes sont inférieures à 150 000€ : 24.7% d’imposition (7.5% de forfaitaire + 17.2% de prélèvements sociaux)
  • les sommes sont supérieures à 150 000€ : 24.7% pour la partie inférieure à 150 000€ puis 30% ensuite.

Les gains issus des rachats de contrats d’assurance vie sont totalement exonérés d’impôt en cas de :

  • licenciement
  • retraite anticipée
  • invalidité (catégorie 2 ou 3)
  • cessation d’activité suite à une liquidation judiciaire

Imposition en cas de transmission de patrimoine

Au moment du décès du souscripteur, les sommes versées ne font pas partie de la succession. Si le bénéficiaire est le conjoint ou pacsé il n’est pas redevable de droits de succession.

Par contre, pour les autres bénéficiaires :

  • les sommes versées avant 70 ans : les sommes supérieures à 152 500€ sont taxées à 20%, puis au delà de 700 000€ au taux de 31.25%.
  • les sommes versées après 70 ans : un abattement de 30 500€ s’applique quel que soit le nombre de bénéficiaires. Ensuite les capitaux sont réintégrés dans la succession. Les intérêts eux, sont exonérés.

Quitter son vieux contrat d’assurance vie

Comment fonctionne une assurance vie quand on veut changer de contrat ? Changer d’assurance vie engendre aussi des frais. Il faut renoncer à certains avantages fiscaux. Une assurance vie devient intéressante au niveau fiscal uniquement après 8 ans de détention. Depuis la loi Pacte de 2019, il est possible de basculer son capital d’un contrat X vers un contrat Y sans perdre l’antériorité fiscale du contrat initial. Pour pouvoir en bénéficier, il faut réaliser l’opération chez le même assureur. Certains assureurs ne jouent pas vraiment le jeu, en proposant ces transferts sur des contrats beaucoup plus risqués ou moins avantageux. Menez votre petite enquête et négociez votre transfert !

Le rendement moyen de l’assurance vie, avant taxes sociales des fonds en euros en 2019 est de 1.46% !

Faire le bon choix : Si votre contrat vous a rapporté moins, posez vous les bonnes questions. Un fond peu rentable aujourd’hui le sera encore moins demain. Autres éléments à prendre en compte : les frais, les solutions d’investissement complémentaires, le service après vente.

7 conseils pour bien choisir son assurance vie

  1. Choisir un fond en euros si vous voulez de la sécurité
  2. Utiliser le délai de 30 jours après la signature du contrat pour se rétracter en cas de besoin
  3. Préférer les versements libres, aux versements réguliers pour éviter des pénalités en cas de difficultés financières
  4. Soigner la rédaction de la clause bénéficiaire et la modifier en cours de route en cas de besoin ou de changement (divorce, pacs,…)
  5. Noter la date d’ouverture du contrat, et l’échéance des 8 ans pour bénéficier de la meilleure exonération fiscale
  6. Ne pas hésiter à fermer ou transformer un contrat ancien devenu moins rentable
  7. Pour préparer sa succession, l’idéal est de faire la majorité des versements avant 70 ans

ℹ Le saviez vous ? Tous les ans, 170 000 contrats d’assurance vie dont le souscripteur est décédé ne sont pas réclamés par leurs bénéficiaires ! Pourtant, savoir si vous êtes bénéficiaire d’un contrat oublié, c’est simple : il suffit de contacter l’AGIRA.



➡ Et pour vous, comment fonctionne une assurance vie ? Avez vous déjà souscrit un contrat ? Etes vous satisfait de ce placement ?

Bonjour, moi c'est Amélie, J’ai commencé à rechercher des astuces et des bons plans quand j’étais étudiante pour financer mes études en Economie et Droit. Finalement,les bonnes habitudes que j’avais prises ne m’ont jamais quittées. Après avoir exercé plusieurs métiers (conseiller bancaire, professeur d'économie gestion,...) j’ai développé mes méthodes, repéré et testé de nouvelles astuces. Aujourd'hui, je me consacre entièrement à la création des contenus pour aider un maximum de familles à dépenser moins et profiter plus de la vie. Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.