comment choisir son huile alimentaire et sa sauce salade ?
pub

La reine du rayon des huiles alimentaires c’est l’huile d’olive. Mais de nombreuses autres huiles sont disponibles : colza, tournesol, maïs, pépin de raison, noix…etc. Ces dernières années sont aussi apparus les mélanges d’huiles présentés comme plus pratiques et plus sains. Enfin, des sauces salades viennent compléter le rayon. Comment faire le bon choix parmi toute cette variété ? Quelles sont les informations clés à ne pas négliger ? Découvrez dans cet article, comment choisir son huile d’olive et sa sauce salade pour avoir le meilleur rapport qualité prix ?

💡 NOUVEAU ! : Découvrez ma formation inédite consacrée à 100% à votre budget alimentaire pour vous permettre de dépenser moins et manger mieux ! > En savoir plus

La consommation d’huile d’olive en France

Trois huiles raffinées sont principalement produites en France : l’huile de colza (960 000 tonnes), dont la production est en léger recul, l’huile de tournesol (496 000 tonnes) et l’huile de soja (120 000 tonnes).
La France produit également de l’huile d’arachide (21 000 tonnes, à partir de produits de base importés), de l’huile d’olive (5 000 tonnes) mais pour ces huiles comme pour les autres huiles consommées, le gros de la consommation est représenté par des importations.

L’huile d’olive que nous consommons en France vient « majoritairement d’Espagne, puisque c’est le plus gros producteur d’huile d’olive, de loin : elle produit à elle seule 40% de la production mondiale. La deuxième place revient à l’Italie, puis la Grèce et enfin la Tunisie avec 180 000 tonnes, soit à peu près 7% de la production mondiale » selon France Info.

En grande distribution, les huiles végétales représentent un marché de 287,1 millions de litres pour une valeur de 795,4 millions d’€. Ce marché est dominé par l’huile de tournesol et l’huile d’olive qui représentent à elles deux près de 65 % du marché en volume. Cette consommation est encore très marquée par les cultures culinaires régionales : une forte consommation de margarine dans le Nord, d’huiles végétales dans le Sud-Est, de beurre dans le Nord-Ouest selon l’Association Française Interprofessionnelle de l’olive.

Les différents types de graisses dans l’huile

Notre organisme a besoin de graisses pour fonctionner. Elles lui apportent de l’énergie mais pas seulement. Elles jouent un rôle essentiel au niveau de chacune de nos cellules. La graisse jouent aussi un rôle dans le rythme cardiaque, la circulation du sang, l’inflammation et l’immunité.

pub

Les graisses saturées

Les graisses saturées sont présentes dans les graisses animales (beurre par exemple). C’est l’huile de palme et de coco qui en contiennent le plus. La plupart sont solides ou semi solides et elles résistent bien à la chaleur. Elles sont nécessaires à l’organisme mais consommées en excès, elles augmentent le risque cardiovasculaire en favorisant les dépôts dans les artères et la formation de caillot.

Les graisses monoinsaturées

Les graisses monoinsaturées sont présentes dans l’huile d’olive, de colza, d’arachide et de noisette. Elles sont liquides à température ambiante. Elles sont neutres vis à vis du risque cardiovasculaire. L’huile d’olive contient aussi des polyphénols qui sont des antioxydants.

Les graisses polyinsaturées

Les graisses polyinsaturées sont présentes dans l’huile de tournesol, maïs, pépin de raison, soja, noix, lin, carthame. Elles sont fragiles et s’altèrent à la lumière et la chaleur. Elles s’utilisent surtout pour l’assaisonnement. Dans les graisses polyinsaturées il existe deux familles les oméga 6 et les oméga 3. Les deux sont nécessaires à l’organisme pour bien fonctionner mais dans des quantités précises. Il faut, pour être en bonne santé, 2 à 3 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3.

L’huile ayant le rapport parfait (2/1) oméga 6/oméga 3 est l’huile de colza. Alors que l’huile de tournesol a un rapport de de 420/1 !! Pourtant, l’huile de tournesol reste la plus consommée en France !

2 à 3 CUILLÈRES à soupe sont nécessaires pour combler nos besoins en acides gras essentiels. Cela inclut les huiles utilisées pour la cuisson, les vinaigrettes, la margarine et la mayonnaise.

💡 Biocoop met à la disposition de ses clients sur son site internet, un tableau d’utilisation des huiles bien conçus et pratique. Vous pouvez le télécharger ici.

Comment choisir son huile d’olive ?

Cet article donne des conseils pratique sur comment choisir son huile d’olive, si vous consommez également du beurre, lisez cet article : Comment choisir son beurre ? Prix, Marketing et Argument santé !

Emballage et conservation

Les huiles doivent être stockées à l’abri de la lumière et de la chaleur. Sinon, il y a un risque de rancissement et d’oxydation de l’huile. Pour l’emballage, préférez le verre brun. Si vous achetez des huiles dans un emballage plastique évitez les emballages translucides qui ne procurent aucune protection contre la lumière.

Une fois une bouteille d’huile ouverte rebouchez la rapidement après usage. L’huile a tendance à absorber les odeurs environnantes. A l’inverse du vin, l’huile d’olive ne se bonifie pas en vieillissant, il vaut donc mieux la consommer rapidement.

Lire l’étiquette de son huile

La première chose à chercher sur l’étiquette c’est la provenance. La mention de la provenance est obligatoire sur l’étiquette des huiles commercialisées dans l’Union européenne. Elle indique à la fois l’origine des olives et le lieu de production de l’huile.

Malheureusement beaucoup d’industriels proposent des mélanges d’huiles de l’Union européen