De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ?

Vous connaissez surement l’adage « L’argent ne fait pas le bonheur« . « Oui, mais il y contribue » ajoutent certains ! L’argent est souvent associé à la possibilité de pouvoir tout acheter, tout avoir. Vous êtes vous déjà demandé : « De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ?« 

de quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ?

Commençons par quelques informations chiffrées surprenantes ! Ensuite, nous allons approfondir la question du besoin et de l’envie à la lumière des dernières études de psychologie pour bien comprendre ce qui se joue. Enfin, nous verrons, comment répondre à ses besoins réels pour être plus heureux. Tout un programme !

L’argent ne fait pas le bonheur

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), nous consommons trois fois plus qu’en 1960. Sommes nous plus heureux que nos parents pour autant ?

Nos achats de vêtements ont augmentés de 60%. En moyenne, nous avons 2.5 tonnes d’objets chez nous composés en grande partie d’équipements divers. Est ce que c’est posséder toujours plus de biens, d’équipements, de vêtements qui nous rend heureux ?

Certains diront que nous consommons plus parce que les biens d’aujourd’hui sont moins durables. Obsolescence programmée. C’est en partie vrai, et je l’ai souvent évoqué sur le site en vous conseillant d’acheter de la qualité même si c’est plus cher plutôt que plusieurs fois du premier prix ou du jetable qui fini bien trop vite, à la poubelle.

Mais, l’obsolescence programmée ou le tee shirt qui rétrécit au premier lavage, n’explique pas tout. En effet, comment justifier que 88% d’entre nous, changent de smartphone avant que le précédent ne soit usé ?

Enfin, un dernier chiffre très parlant avant de passer au paragraphe suivant : 94% des habitants des îles Fidjis se disent heureux. C’est le record mondial ! Quel est le salaire moyen sur ces îles ? 350€ !! Trois cent cinquante euros !

La question subsiste, si l’argent ne fait pas le bonheur, de quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ?

💡 Quelle est ma vision de l’argent ? 7 Questions à se poser !

Quelle est la différence entre un besoin et une envie ?

Les besoins

Les besoins vitaux de l’être humains sont les suivants : boire, manger, dormir et respirer. Si un humain arrête de répondre à ces besoins vitaux, il meurt en quelques minutes ou quelques jours.

Quand on parle des besoins humains, en général, on évoque souvent la pyramide des besoins de Maslow. Il a tenté de hiérarchiser les besoins humains et de les représenter sous la forme d’une pyramide. Selon lui, les besoins humains ne peuvent être satisfaits que dans un ordre précis de la base à la pointe. Voici sa pyramide des besoins.

pyramide des besoins

Maslow met à la base les besoins physiologiques. Comment penser à être plus heureux quand on arrive déjà difficilement à remplir son frigo ? Ensuite, arrive le besoin de sécurité. Comment avoir l’esprit tranquille quand on sait que l’on va être licencié ou bientôt expulsé ? Le besoin d’appartenir à un groupe, d’avoir des amis est un besoin essentiel de l’être humain qui arrive en troisième. Maslow ajoute le besoin d’estime personnelle et d’avoir la confiance des autres. Une fois tous ces besoins satisfaits dans l’ordre, c’est à dire de la base en remontant jusqu’au sommet, on arrive au besoin final selon Maslow, le besoin d’accomplissement.

Nous allons revenir sur ces différents besoins, tout au long de l’article. Mais vous pouvez d’ores et déjà vous demandez, où j’en suis dans la pyramide des besoins de Maslow ? De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ?

Les envies générées par la publicité

Les envies sont présentes chez tous les êtres humains. Et la société de consommation actuelle, génère en nous, continuellement de nouveaux désirs. A l’époque de nos parents et de nos grands parents, la publicité était facilement identifiable. On pouvait la retrouver sous la forme d’affiches ou de coupures clairement annoncées durant les programmes de la télévision ou de la radio.

Vous savez, le spot de pub pour une crème anti-rides incroyable brevetée révolutionnaire avec une jeune femme de 35 ans dans la pub qui vous promet la jeunesse éternelle mais qui n’a finalement, aucun effet sur les rides marquées de ma grand mère ?

Vous me direz que tout le monde le sait, personne n’est dupe ! Et pourtant, les marques continuent à payer des dizaines de millions d’euros chaque année pour quelques secondes de publicités. Vous pensez vraiment qu’elles dépensent ces sommes folles sans avoir remarqué une augmentation de leurs ventes ? Sans avoir mesuré précisément l’impact de des publicités, sur les consommateurs ?

Mais aujourd’hui, la publicité est beaucoup plus subtile et insidieuse. Il y a toujours ses coupures pubs clairement identifiées dans les programmes audio et vidéo. Mais, quand vous lancez une vidéo youtube et que vous passez la publicité clairement identifiée au début de la vidéo, vous n’en avait pas fini pour autant. Beaucoup des produits portés, utilisés, simplement posés dans le décor, ou juste évoqués par les youtubeurs sont bien souvent de la publicité « dissimulée » pour laquelle ils sont payés. Les hommes sandwichs un peu ringards ont cédés la place à des influenceurs à qui tous (et surtout les jeunes) veulent ressembler. En effet, que dire, des influenceuses beauté qui sous prétexte de faire du decluttering comptent et montrent à l’écran des centaines de rouges à lèvres, vernis,… ou font des hauls monstrueux quasiment chaque semaine entrecoupés de temps à autres par des vides dressing. Ou des enfants stars de Youtube qui déballent à chaque vidéo des quantités insensées de jouets. Quel est l’intérêt ? La publicité a changé de forme mais l’objectif est toujours le même !

 💡 Pourquoi je n’arrive pas à gérer mon budget ?

Sans oublier la frénésie des promotions qui poussent beaucoup de dénicheurs de bonnes affaires à se ruer dans les magasins le premier jour des soldes ou d’autres périodes de promotion. Oubliant au passage, toutes les règles élémentaires de savoir vivre pour décrocher la promotion, à ne pas manquer. Rappelez vous la fameuse promotion nutella d’intermarché ! Des fois, on frôle la folie, comme à Long Island aux Etats Unis où un vigile de magasin est mort écrasé par une foule en délire à l’ouverture des portes à 5h du matin un jour de black friday !

Pourquoi consommer nous apaise

Le besoin d’accomplissement

Pourquoi les gens font la queue devant les Apple Store de toutes les grandes villes du monde, pour avoir le dernier I Phone, le jour de sa sortie ? Pourquoi, un adolescent chinois de 17 ans a même vendu un rein pour pouvoir s’acheter un IPad ? Pourquoi, certains acceptent de payer leur café 7 fois plus cher ? Quels sentiments fait naître en eux, le fait d’aller acheter son café dans une boutique nespresso de centre ville qui reprend les codes du luxe avec vigile à l’entrée, personnel aux petits soins, égérie star, boutique au décor design,  … ?

Les objets de consommation ne répondent plus simplement à un usage. Ils ont une autre fonction : définir notre identité ! Les marques nous donnent l’impression que grâce à elles nous allons devenir qui nous rêvons d’être.

Par exemples, les publicités pour des voitures qui permettent dans les spots de vivre des expériences folles (animaux sauvages, villes futuristes, vagues déferlantes,…). Et qui nous assènent des slogans comme : « suivez votre intuition » « votre voiture vous ressemble » « votre voiture est le reflet de votre personnalité ». Pourtant, il n’y a rien de plus impersonnel qu’une voiture ! On ne répond plus simplement à notre besoin de nous déplacer qui justifie à la base l’achat d’une voiture. On tente de nous faire croire que cette voiture va répondre à notre besoin de réussite et d’accomplissement (le sommet de la pyramide de Maslow).

La consommation apaise aussi nos angoisses. Vous savez la journée de shopping pour compenser une journée pourrie… L’achat sous le coup de l’émotion entre midi et deux généré par une friction avec des collègues. C’est un moyen pour le cerveau de se donner un peu de plaisir plutôt que d’affronter l’émotion suscitée par la situation. Une fois de temps en temps, ça peut arriver. Mais, quand ce comportement devient une habitude, la joie passagère et superficielle générée par les achats s’évapore de plus en plus vite. A la place, on se retrouver avec la culpabilité d’avoir trop dépensé, l’impression d’être submergée avec une maison surchargée d’objets. Tout cela s’ajoute aux émotions que « ce pansement consommation » était censé apaiser au départ.

💡 Comment surmonter la situation quand on a trop dépensé ?

L’impact croissant des réseaux sociaux

Impossible de conclure ce paragraphe sans évoquer la vitrine parfaite que sont les réseaux sociaux et les mécanismes puissants qu’ils génèrent dans notre cerveau. Chaque like, génère une petite décharge de dopamine dans notre cerveau. C’est le mécanisme de la récompense et du plaisir. Si vous êtes présents sur les réseaux sociaux, vous êtes vous déjà interrogé sur l’impact et les émotions que génèrent en vous une photo très likée avec des commentaires positifs par rapport à une photo qui est passée inaperçue ou pire avec des commentaires négatifs ? Imaginez l’impact sur un adolescent ou un jeune adulte dont l’estime de soi n’est pas encore complètement construite.

Vous vous rappelez de la pyramide de Maslow ? A part, les besoins physiologiques manger, boire, dormir et respirer, tous les autres besoins peuvent être satisfaits dans le monde virtuel ! Le sentiment de sécurité est assuré par notre téléphone véritable prolongement de la main pour certains, permet de recevoir deux trois petites décharges de dopamine à chaque nouveau like. Vous avez déjà remarqué le sentiment d’insécurité de certains quand ils n’ont plus de batterie ? Les besoins sociaux sont également satisfaits par les réseaux puisqu’il est possible de s’y faire des amis et discuter quotidiennement avec des dizaines de personnes. Quand, sur les réseaux, une opinion personnelle ou une photo par exemple, est massivement liké et partagé, le besoin d’estime est comblé. Enfin, quand des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes deviennent fans d’un profil, la personne peut sentir en elle, un sentiment d’accomplissement puissant.

Pourtant, ces besoins ne peuvent être pleinement comblés dans le monde virtuel. Une étude anglaise a révélé que les réseaux sociaux et plus particulièrement instagram, augmentent le risque d’insomnie, de solitude et d’angoisse particulièrement chez les jeunes.

De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ? Peut être de passer moins de temps sur les réseaux sociaux et plus dans la vrai vie à créer de vrais relations profondes.

De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ?

La pyramide des besoins de Maslow n’explique pas tout. Certaines populations vivent parfois avec très peu, comblant à peine leurs besoins essentiels comme manger et boire. Pourtant, elles semblent avoir un sentiment d’accomplissement profond et un réel sens dans la vie. A l’inverse, certains personnes ne manquent de rien, possèdent plusieurs tonnes d’objets personnels et semblent passer à côté de leur vie.

Une vie riche de sens

Selon Maslow, le besoin ultime est l’accomplissement personnel. Certains s’accomplissent dans leur travail. Selon une étude néerlandaise et américaine, 37% à 40% des gens jugent leur emploi inutile. Ce qui explique surement l’explosion du mal être au travail et des burn out. D’autres vont s’épanouir en consacrant leur énergie à leur vie de famille. Donner de son temps et de son énergie à des activités bénévoles à travers des associations ou des ONG peut aussi donner du sens à la vie.

Demandez vous : Quel est le sens de ma vie ? Quels sont les objectifs que je poursuis et pourquoi ?

Chacun est différent et aura des aspirations différentes. L’essentiel est de ne pas perdre de vue que répondre à ses besoins et donc atteindre une certaine forme de plénitude et de bonheur, ne passe pas, par l’argent et l’accumulation continu de biens matériels.

Le contact avec la nature

Entre 3 et 10 ans, quatre enfants sur 10 ne jouent jamais dehors en semaine selon un rapport de l’institut de veille sanitaire. Les enfants passent chaque jour entre 3h22 (pour les 4/6ans) et 3 heures 34 (pour les 11/14 ans) les yeux fixés sur un écran, remplaçant la réalité par des substituts visuels (étude Ipsos pour la chaîne Gulli). Les enfants sont aujourd’hui capables d’identifier plus d’un millier de logos d’entreprises, mais moins de 10 plantes originaires de leur région. Pourtant, le simple fait de se retrouver en présence de paysages naturels réduit le stress et favorise la détente. Une étude a révélé que les patients ayant subi une intervention chirurgicale se rétablissent plus vie et exigent moins d’antalgiques s’il leur chambre d’hôpital dispose d’une fenêtre donnant sur un environnement naturel.

Demandez vous : A quand remontre mon dernier vrai contact avec la nature ? A quand remontre mon dernier contact avec un écran ?

Faire une ballade en forêt, autour d’un lac, s’asseoir et observer un ciel étoilé sont autant d’activités gratuites et accessibles à tous qui peuvent contribuer au bonheur. 

💡 Cueillette d’automne : récolter gratuitement ce que la nature offre !ou Plantes Sauvages Comestibles : La cueillette sauvage de Printemps

Le contact physique

Plusieurs études ont démontré que le besoin d’attachement est encore plus important que celui de s’alimenter. Le toucher stimule nos défenses immunitaires, diminue le stress et a un effet analgésique.

Le CHU de Nantes vient de prouver qu’une séance par semaine de toucher massage réduit de manière significative, l’anxiété des patients. Une étude anglaise, a quand à elle démontré que le risque de décès augmente jusqu’à 26% chez les personnes de plus de 52 ans isolées.

Demandez vous : Quand ai je pris quelqu’un dans mes bras pour la dernière fois ? Est ce que je fais des câlins à mes proches ?

Désencombrer et s’organiser

Pour renouer avec ses besoins et se concentrer sur ce qui a vraiment de l’importance, il peut être salvateur de désencombrer son intérieur. Vider son intérieur, désencombrer ses placards, ranger ses objets, s’interroger sur leur utilité, peut permettre par la même occasion, de se détacher des envies qui parasites nos émotions. Pour y parvenir, vous pouvez vous inspirer des conseils de Maéva Orsi du blog minimaliste La cabane de Moe ou son livre.

Demandez vous : Ai je vraiment besoin de 2.5 tonnes d’objets chez moi ? Pourquoi devant une armoire remplie de vêtements j’ai souvent le sentiment d’avoir rien à me mettre ? 

Comment conclure cet article ? De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ? Peut être, en reprenant l’expression qui m’a permis de le commencer. L’argent ne fait pas le bonheur… mais il y contribue. On peut ajouter un mot. L’argent ne fait pas le bonheur… mais il peut y contribuer. L’argent n’est qu’un moyen parmi d’autres qui contribue au bonheur mais il est loin d’être l’élément central. Il permet de combler les besoins vitaux et assure parfois une sécurité matérielle relative.

Ne sacrifiez pas votre santé ou votre relation familiale par obsession pour l’argent. Le vrai bonheur dépend aussi du besoin d’accomplissement, de relation et d’estime autant de choses, qui ne s’achètent pas.

Et vous, que répondriez vous à cette question : De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ?

Si vous aimez, cliquez et partagez cet article 😉

Améliehttps://dmepp.com
Bonjour, moi c'est Amélie. J’ai commencé à rechercher des astuces et des bons plans quand j’étais étudiante pour financer mes études en Economie et Droit. Finalement, les bonnes habitudes que j’avais prises ne m’ont jamais quittées. Aujourd'hui, professeur d'économie gestion, j’ai développé mes méthodes, repéré et testé de nouvelles astuces pour profiter plus et dépenser moins que je souhaite partager avec vous.

6 Commentaires

  1. […] Le contentement évite de se plaindre ou d’envier les autres. Il évite également de s’épuiser pour avoir toujours plus. C’est une qualité qui permet de trouver le bonheur même avec peu. Pour plus d’informations sur cette qualité, n’hésitez pas à lire l’article inspirant suivant : De quoi ai je vraiment besoin pour être heureux ? […]

  2. Merci beaucoup pour ce commentaire. Effectivement, il y a mille et une façons d’être heureux auprès de ses amis et de ses proches et en donnant aux autres plutôt qu’en dépensant de l’argent pour des objets qui finissent bien souvent par encombrer plus que par satisfaire. Belle journée

  3. Voila bien longtemps que je suis minimaliste !! (je suis une grand-mère). Pour moi le bonheur c’est partager, être et non pas avoir. Je n’ai qu’un dos et que 2 pieds donc inutile d’avoir 25 manteaux et 50 paires de chaussures. Je fais des cadeaux avec mes confections – couture – encadrement – confitures – gâteaux etc. Et recevoir ses amis autour d’un bon repas maison simple c’est plaisir. La voiture est utilitaire et non pour faire le paon ! Le bonheur et l’amour ne s’achète pas c’est pourquoi il sont si précieux. Bonne continuation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher

Vous serez automatiquement inscrit à la newsletter. Envoyée chaque semaine à 17h. Pas de spams.

Rejoignez nous

1,449FansJ'aime
2,260SuiveursSuivre
12,541SuiveursSuivre

Vos articles préférés

Travailler sans rien dépenser ou presque ! | Salariés, auto entrepreneurs, …

Le travail permet surtout de gagner de l'argent. Pourtant, en calculant toutes les dépenses générées par son emploi telles que les déplacements, frais de...

Perdre du poids sans dépenser d’argent | 10 astuces

Testez une semaine, c'est gratuit ! 7 petits déjeuners, 7 déjeuners et 7 dîners gratuits ! Perdez vite vos premiers kilos ! Vous avez...