Epargner pour acheter une maison | Le guide pratique

Un achat immobilier ne s’improvise pas, il implique quasiment à chaque fois le recours au crédit immobilier. Les dernières recommandations du Haut Conseil de stabilité financière demande aux banque de redoubler de vigilance au moment d’octroyer un crédit. L’apport devient donc une nécessité. Il n’y a pas de secret, il est nécessaire d’épargner avant de concrétiser son projet. Des questions se posent : Comment épargner pour acheter une maison ? Où placer son apport pour un achat immobilier ? Quelle part de son salaire consacrer à son projet ?

Pourquoi épargner pour acheter une maison ?

Pour accorder un crédit immobilier, une banque va exiger un apport personnel de 10% à 15% du prix du logement (hors frais de notaire). Les frais de notaire représentent jusqu’à 8% du montant du projet immobilier et nécessitent aussi d’être financés par vos fonds propres.

Donc, en gardant en tête ce montant de 10% d’apport, pour un projet immobilier de 150 000 € il faudra épargner entre 15 000 € et 20 000 € juste pour l’apport.

Faut il absolument avoir un apport de 10% ? Selon l’ACPR, en 2018, les ménages qui deviennent propriétaires pour la première fois affichent un taux d’apport inférieur à 10% ! Concrètement, ça dépend des situations, mais beaucoup de financements sont refusés, sans cet apport minimal.

Il est bon de se rappeler que plus l’apport sera important, plus les conditions du crédit immobilier seront favorables pour vous. Pour quelles raisons ? Tout simplement parce que l’apport démontre à la banque votre sérieux et votre capacité à épargner et donc rembourser le futur prêt immobilier. En plus, en augmentant l’apport, vous réduisez le montant de la somme à emprunter et donc les coûts liés au crédit. Vous l’aurez compris, épargner pour l’achat d’une maison est donc primordial et présente de nombreux avantages.

Quel placement choisir pour préparer son achat immobilier ?

Pour constituer votre apport, il existe une grande multitude de produits financiers.

Les livrets d’épargne

Si vous souhaitez aller vite c’est à dire épargner pour acheter une maison, rapidement (moins de 2 ans), vous pouvez opter pour les livrets d’épargne comme le livret A, le livret d’épargne populaire ou le livret de développement durable. Leur avantage principal est qu’ils sont défiscalisés c’est à dire que les intérêts qu’ils génèrent sont exonérés d’impôts.

Compte d’épargne Plafond Taux d’intérêts Fiscalité
Livret A 22 950€ 0.5% Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.
Livret de développement durable et solidaire (LDDS) 12 000€ 0.5% Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.
Livret d’Epargne Populaire (LEP) 7 700€ 1% Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

 

Mais deux autres livrets sont également disponibles pour épargner pour votre projet immobilier et spécialement dédiés à ce type d’épargne. Il s’agit du compte épargne logement (CEL) et du plan d’épargne logement (PEL).

Le compte épargne logement

Le compte d’épargne logement est un produit d’épargne spécialement conçu pour un projet immobilier. Il permet d’obtenir un prêt immobilier ou un prêt travaux avec un taux privilégié. Le plafond de versement sur un CEL est de 15 300€. Le taux d’intérêt est de 0.25%. Les intérêts d’un CEL sont soumis à partir de 2018 à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux. Vous pouvez fermer votre CEL à tout moment, sans conditions mais la durée de placement d’un CEL est de 18 mois minimum avant de pouvoir bénéficier d’un prêt épargne logement. Pour obtenir un prêt immobilier grâce au CEL pour devez viser l’achat de votre résidence principale ou des travaux.

Sa rémunération est très faible, par contre il vous permet de bénéficier d’un prêt à taux très réduit d’un montant maximum de 23000€. 

 

Le plan d’épargne logement

Le plan d’épargne logement (PEL) est un compte d’épargne qui permet de constituer une épargne pour l’achat d’une maison ou des travaux. Le plafond d’un PEL est fixé à 61 200€. La durée minimale du PEL est de 4 ans et aux maximum de 10 ans. Si vous souhaitez effectuer un retrait avant 4 ans, vous n’allez pas pouvoir bénéficier des avantages du PEL par contre, au delà de 10 ans vous ne pourrez plus effectuer de versements mais votre PEL va continuer de produire des intérêts pendant 5 ans. Le taux d’intérêt du PEL est de 1% depuis 2018. Les intérêts sont soumis à l’impôt.

L’accès à un prêt grâce au PEL est actuellement peu intéressante (d’autant que la prime d’état n’est plus proposée depuis 2018). Les taux d’intérêts pour un prêt proposés avec un PEL restent souvent supérieurs aux meilleurs taux du marché. Mais, qu’en sera t’il dans 4 ou 5 ans ? Peut être que ce placement redeviendra très intéressant, en tout cas pour l’instant, il n’est pas à conseiller.


 

Vous pouvez cumuler CEL et PEL à condition de les avoir ouverts dans la même banque. Le prêt global obtenu grâce à un PEL et un CEL est limité à 92 000€.

Les autres placements

Si vous avez le temps, que cet achat immobilier est un projet de long terme (5 ans et plus) vous pouvez envisager d’alimenter en plus de vos livrets d’épargne, un contrat d’assurance vie ou d’épargne salariale. Attention, il s’agit de placements ne permettant pas de récupérer son argent à n’importe quel moment et à n’importe quelles conditions (des frais, une fiscalité et des pénalités peuvent s’appliquer). Lisez nos articles dédiés dans la catégorie épargne, pour en savoir plus à ce sujet.

Les placements inadaptés à l’achat d’une maison

Tous les placements ne sont pas adéquats pour une épargne destinée à un projet immobilier. Certains produits d’épargne bloqués à long terme comme un produit retraite par exemple sera inadapté. Les produits financiers risqués peuvent afficher des taux de rendements plus élevés mais ils sont aussi sujets à des fluctuations. A l’approche de la date d’achat de votre logement, préférez des fonds sécurisés pour pouvoir garantir le montant de votre apport.

Les bonnes questions à se poser avant de choisir le placement pour l’épargner d’un achat immobilier :

  • Quel est mon horizon d’épargne ? De combien de temps je dispose pour épargner : 2 ans, 5 ans, 10 ans ?
  • Quel placement est adapté à ma capacité d’épargne ?
  • Quel montant je dois épargner chaque mois pour couvrir 10%-15% de mon projet immobilier ?
  • Quels sont les frais, la fiscalité et les pénalités des différents produits que j’ai choisi ? Est ce que je dispose de suffisamment d’informations pour comparer ces produits et faire le bon choix ?

 

Quelle part du salaire épargner pour un projet immobilier ?

Voici un tableau qui vous permet de vous donner un ordre de grandeur des montants mensuels à économiser en fonction de votre projet d’achat immobilier. Les données sont purement indicatives.

Montant épargné chaque mois Horizon de placement (en mois) Total d’épargne estimé (hors rémunération de l’épargne)
50€ 1 an 600€
50€ 3 ans 18 00€
50€ 5 ans 3 000€
50€ 10 ans 6 000€
150€ 1 an 1 800€
150€ 3 ans 5 400€
150€ 5 ans 9 000€
150€ 10 ans 18 000€
300€ 1 an 3600€
300€ 3 ans 10 800€
300€ 5 ans 18 000€
300€ 10 ans 36 000€
500€ 1 an 6 000€
500€ 3 ans 18 000€
500€ 5 ans 30 000€
500€ 10 ans 60 000€

 

Pour rappel, l’apport doit constituer environ 10% à 15% du projet immobilier. Donc pour un projet d’achat de maison à 180 000 € il faut compter 18 000 € pour l’apport. Attention, la banque ne va pas forcément vous prêter les 180 000€ parce que vous avez réussi a épargner les 18 000€ d’apport. Elle va aussi regarder votre taux d’endettement, vos revenus, votre reste à vivre, etc.

A ce stade de votre lecture, vous avez déterminé le montant à épargner pour acheter la maison de vos rêves et choisi votre placement ? C’est très bien ! Mais attention, avant d’ouvrir des comptes d’épargne et de mettre en place un virement permanent pour votre projet immobilier, il convient de prendre en compte d’autres facteurs très importants.

Votre budget personnel

Beaucoup se fixent un objectif d’épargne uniquement basé sur leur salaire. Il faut prendre en compte vos ressources, c’est évident mais aussi vos dépenses et votre reste à vivre. Chaque personne est différente. Il est donc préférable d’étudier chaque situation au cas pas cas pour déterminer le bon montant d’épargne pour son projet immobilier.

Vous trouverez sur le site dans la partie consacrée au budget, de nombreux articles qui vont vous aider à faire le point sur votre situation budgétaire. Ensuite, dans la partie moins dépenser, vous pourrez réduire le montant de vos factures et de vos dépenses pour consacrer plus d’argent à votre projet immobilier.

Une fois que vous avez une idée précise de votre budget mensuel, il reste d’autres points importants à vérifier.

L’épargne de précaution

Avez vous une épargne de précaution ? C’est une somme d’argent, aussi appelée fonds d’urgence, qui vous permet de faire face aux baisses de revenus ou aux dépenses imprévues. Elle fait partie des fondamentaux pour avoir des finances saines et j’en ai déjà parlé longuement dans d’autres articles dédiés.

Si vous commencez à épargner pour un projet immobilier respectez ces deux règles :

  • ne pas commencer une épargne pour l’achat d’une maison sans avoir au préalable un fonds d’urgence suffisant. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’épargne de précaution est un objectif prioritaire. Ensuite, parce qu’un achat immobilier réserve toujours sont lots de surprises et de dépenses imprévues qu’il faudra financer. Vous serez alors bien plus sereins en ayant un fonds d’urgence pour y faire face.
  • n’utilisez pas votre épargne de précaution pour compléter l’épargne consacrée à l’achat de son logement, il s’agit de deux épargnes distinctes qui ont des objectifs et répondent à des besoins différents. Vider son fonds d’urgence pour un achat immobilier revient un prendre un pari très risqué sur l’avenir qui finit souvent par mener à des difficultés financières à plus ou moins long terme.

Les autres objectifs financiers

L’immobilier est un projet de long terme très motivant, mais il est rarement le seul. Peut être que vous avez des enfants qui vont bientôt devoir faire des études supérieures, un projet de voyage, un projet de mariage,…autant d’objectifs qui nécessitent d’être pris en compte au moment de décider du montant à épargner.

Prenez le temps d’établir une liste des projets que vous allez devoir financer dans les années à venir, du montant nécessaire et du temps dont vous disposez pour épargner. Vous aurez alors une vision claire de votre situation financière pour les années à venir. Déterminez ensuite le montant à épargner pour votre futur bien immobilier en fonction de votre situations et de vos objectifs financiers.

Pour déterminer le montant à épargner pour son projet immobilier il faut prendre en compte :

  • son budget : ressources, dépenses et reste à vivre
  • constituer son épargne de précaution, c’est un objectif prioritaire
  • prendre en compte ses autres objectifs financiers à plus ou moins longs terme

 

Epargner pour acheter une maison, une bonne idée ?

A la lecture de cet article, qui vous expliquer comment épargner pour acheter une maison, quelle est votre conclusion ? L’achat d’une maison est-il vraiment le projet d’épargne le plus important pour vous ?

Etes vous prêt à faire le nécessaire pour l’atteindre ? Si oui, foncez, épargnez et achetez la maison de vos rêves ! Si vous souhaitez être accompagné dans l’étude de votre situation et la mise en place d’une épargne pour un achat immobilier vous pouvez réserver une séance de coaching budgétaire.

Par contre, vous vous rendez compte que ce projet n’est pas possible immédiatement, que votre situation actuelle ne peut pas vous permettre d’y parvenir, ce n’est pas grave. Préservez votre énergie pour avancer plutôt que de vous décourager. Vous pouvez décider de vous laisser du temps pour améliorer votre situation financière et envisager ce projet dans quelques années, en toute sérénité. Ou alors, simplement décider de consacrer votre argent à un autre projet qui vous tient tout autant à cœur.

 ➡  Alors, dites moi, avez vous commencé à épargner pour acheter une maison ? 

Laisser un commentaire

Pour aller plus loin