Les points à contrôler avant d'acheter une voiture d'occasion

Acheter un véhicule d’occasion, permet de faire des économies. Toutefois, dans certains cas, une voiture d’occasion peut devenir un véritable gouffre financier. Pourquoi ? Parce que le véhicule en question n’était pas en si bon état que le vendeur le prétendait. L’achat d’une voiture d’occasion doit toujours être précédé d’un examen minutieux de points de contrôle précis. Cet article répertorie tous les points de vérification pour que votre achat de voiture d’occasion soit le plus sécurisée possible.

💡 Examinez toujours le véhicule en plein jour. Dans un endroit sombre, voire de nuit, impossible de voir certains défauts cosmétiques. Le véhicule doit être propre, intérieur comme extérieur. Cela permet aussi de faire ressortir d’éventuels défauts.

 ➡ Je vous conseille vivement d’acheter un véhicule d’occasion plutôt qu’une voiture neuve, découvrez pourquoi dans cet article Comment économiser sur l’achat d’une voiture ? | 5 conseils

Points de contrôle sur les documents du véhicule

C’est la base. Avant de commencer à faire le tour du véhicule, il faut s’assurer que sa légalité à circuler avec, de son historique…etc. Etre vigilant est une chose, suspicieux en est une autre.

  • Contrôle technique : Si la voiture à moins de 4 ans, pas de problème. Sinon, le vendeur doit vous présenter le document officiel du contrôle de moins de 6 mois. Pas de contrôle technique, pas d’achat. Pour diminuer le coût du contrôle technique, lisez l’article : Contrôle technique : tous les bons plans pour payer moins cher
  • Carte grise : Original obligatoire ! Ni barrée, ni rayée au stylo. Le coupon détachable ne doit justement pas avoir été détachée et encore moins rempli. Pas de carte grise originale, pas d’achat. La démarche peut maintenant être effectuée en ligne.
  • Numéro de série : Indiqué sur la carte grise, il doit correspondre avec celui indiqué sur le véhicule.
  • Propriétaire : Il est possible que le vendeur ne soit pas le propriétaire. Dans ce cas, le vendeur doit pouvoir présenter une attestation qui l’autorise à vendre le véhicule à la place de son propriétaire. Par contre, si les documents de la voiture ne correspondent pas au nom de son propriétaire, on n’achète pas.
  • Certificat de non gage : Document officiel. Obligatoire ! Il atteste que le véhicule peut être vendu en toute légalité. Doit être daté de moins de 2 semaines.
  • Carnet d’entretien : Si le carnet est à jour et montre que le véhicule a été réparé en temps et en heure, c’est évidemment un plus. Maintenant, si des factures sont manquantes, cela ne signifie pas pour autant qu’il est en mauvais état. Il faudra seulement être plus attentif sur certaines pièces, nous y reviendrons.

➡ Le double des clés ou la roue de secours ne sont pas obligatoires. Mais, leur achat peut s’avérer onéreux, s’ils sont manquants.

Points de contrôle sur la carrosserie

On peut apprendre beaucoup d’une voiture à l’état de sa carrosserie. Ici, le but n’est pas de comptabiliser chaque rayure mais de s’assurer de l’intégrité globale du véhicule. Ce sont surtout des points de contrôle qui vont vous permettre de négocier le prix.

  • Teinte et Couleurs : Avec la personnalisation des véhicules, le toit ou les rétroviseurs peuvent avoir une couleur différente du reste de la carrosserie. Mais la couleur du véhicule peut aussi avoir a été altérée. Y a t-il eu un choc, qui à nécessité une réparation ? La surbrillance d’une zone par rapport à une autre ?
  • Rayures, petits chocs : On ne peut pas exiger qu’un véhicule d’occasion de plus de 15 ans soit dans le même état que son équivalent de moins de 2 ans. Cela ne reste qu’esthétique. Néanmoins, si vous remarquez que les jantes sont sérieusement rayées, il faudra être particulièrement attentif à la direction et à la géométrie (alignement des roues) lors de l’essai.
  • Pare-chocs : Comme pour la carrosserie, le but n’est pas de chercher la petite bête mais de vous assurer qu’il n’y a pas eu de masquage d’un choc violent. Trop de rayures ou de déformations signifient qu’il faudra être prudent sur l’intégrité et la sécurité du véhicule.

Points de contrôle sur l’habitacle

L’habitacle est un critère purement esthétique mais qui a son importance. Boutons manquants, trous ou déchirures des sièges, odeur de tabac…sont autant d’éléments qui peuvent aider à négocier le prix mais aussi, encore une fois, à alerter sur l’état général du véhicule.

  • Sièges et banquette arrière : Au delà de l’aspect esthétique, il faut surtout vérifier que leurs fixations sont en bon état et que leurs réglages soient fonctionnels. Ce n’est pas une question de confort mais de sécurité.
  • Joints de portes : Si les joints sont durs et craquelés, l’étanchéité du véhicule est remise en cause. Leurs changements vont engendrer des coûts parfois importants.
  • Plastiques et moquettes : Certaines qualités de plastiques vieillissent mieux que d’autres. D’autant que le tableau de bord et les portières sont très sollicités dans une voiture. Idem pour les moquettes. Leur état sera un levier de négociation. Tant mieux, ça baissera le prix.
  • Climatisation et autres équipements : Une climatisation mal entretenue peut coûter cher ! Elle doit être opérationnelle en moins d’une minute. Si vous n’êtes pas sûr de son état, une visite chez un professionnel s’impose. Avec l’avènement de l’électronique embarquée, les voitures récentes sont de véritables petits ordinateurs. Sur certains véhicules, tout est affiché, centralisé sur un écran. Si l’écran affiche mal ou que certaines options dysfonctionnent, c’est problématique et là encore, ça peut vous couter cher. Prudence.

Points de contrôle sur la sécurité

Dans cette partie on ne parlera que de la sécurité passive du véhicule à l’arrêt. L’abs, l’antipatinage etc…ne pourront être testé qu’en faisant un essai sur route (nous y reviendrons).

  • Ceintures de sécurité : La base. On ne va pas s’étendre, au delà du caractère obligatoire, c’est surtout indispensable. Contre visite assurée si elles sont en mauvais état.
  • Phares : Même si vous ne roulez jamais de nuit, les phares se doivent d’être fonctionnels et bien réglés. Si ce n’est pas le cas, ce sont des frais de réparation à prévoir et une contre visite au contrôle technique. Encore un point de négociation.
  • Essuie-glaces : Tout comme les phares, ce sont des éléments qui peuvent être soumis à une contre visite technique. Et là encore, s’il faut changer / réparer, la facture peut vite grimper en fonction de la marque et du modèle.
  • Pare-brise et rétroviseurs : Fissure, impact, rayures sur le pare-brise mèneront à une contre visite. Notamment, sur le champ de vision. Sébastien de Carglass se fera un plaisir de vous le changer, mais il faudra payer. Alors négociez en amont avec le vendeur. Si les rétroviseurs sont manquants et/ou cassées, c’est la même chose.

Points de contrôles mécaniques

Ici, on ne parle pas spécifiquement du moteur mais plus des pièces « annexes » au moteur. Celles qui s’usent et qu’il faut changer comme les plaquettes, disques, pneus…etc. Des pièces trop usées obligeront à faire une contre visite.

  • Plaquettes de freins : Leur durée de vie est variable, mais elle est en moyenne comprise entre 30 000 et 45 000 km. Il n’est pas toujours facile de vérifier leur état, alors si vous n’avez pas de factures sur leur dernier remplacement et qu’un essai sur route ne vous donne pas satisfaction, demander à les faire vérifier par un professionnel.
  • Disques de freins : Leur durée de vie moyenne est de 100 000 à 120 000 km. Les tarifs pour le changement de ces pièces est conséquent alors soyez attentif à leur état.
  • Pneus : Selon vos usages et leur qualité, ils tiendront entre 25 000 et 50 000 km. Mais, quoi qu’il arrive, il faudra les changer un jour. Alors autant que cela ne soit pas tout de suite, car le prix des pneus à flambé ces dernières années. C’est clairement un bon levier de négociation. Pour réduire le coût de vos pneus, consultez notre article Pneu pas cher : 10 conseils efficaces !
  • Amortisseurs et ressorts d’amortisseurs : Ils contribuent au confort et à la sécurité du véhicule. En fonction des marques et des modèles, vous ne pourrez pas les vérifier. Dans ce cas, assurez vous qu’il n’y ai aucune tache au sol, signe d’une fuite, qui engendrerai à terme, des frais de réparations.

Points de contrôle du moteur

Le moteur est l’élément central du véhicule. Il ne faut rien laisser passer ou presque ! Les factures de réparation moteur font systématiquement plus de 3 chiffres, voir 4 pour certaines marques et modèles. Alors, je vous conseille de négocier pour toutes pièces et interventions à réaliser.

  • Les niveaux : Commençons par le commencement en contrôlant les niveaux d’huile, liquide de freins, refroidissement, direction assistée et lave-glace. S’il manque du liquide, ce peut être le signe d’un manque d’entretien et ça doit vous alerter.
  • Durites (Tuyaux) : Elles doivent être souples et ne montrer aucune fuite. Si elles sont rigides, voire sèches, déchirées, craquelées, il y a risque de fuites.
  • Fuites : Une fuite n’implique pas forcément une grosse panne. Il peut simplement s’agir d’une durite ou d’un bouchon mal fixé. Mais, aussi de quelque chose de bien plus grave. Alors, pour en être sûr, un examen par un professionnel permet de dissiper les doutes.
  • Radiateur : Le radiateur garantit la longévité du moteur. Son rôle est de le maintenir à la bonne température. Ni fuites, ni déformations, ni chocs ne doivent apparaitre sur le radiateur. Si c’est le cas, cela présente un risque évident d’une surchauffe moteur qui engendrera irrémédiablement des conséquences.

Essai du véhicule

Vous avez effectué tous les contrôles nécessaires, vous avez une bonne impression, ne reste plus qu’à la confirmer en faisant un essai du véhicule. Un bon essai doit comporter à la fois des trajets en ville et sur route voire autoroute. Ne vous contentez donc pas d’un tour du quartier en 5 mn.

  • Démarrage et ralenti : Si la voiture a du mal à démarrer et que le ralenti est instable (l’aiguille du compte tours monte et descend), prudence. Cela peut-être simplement une batterie faible mais aussi un problème d’injection.
  • Bruits et autres grincements : Une voiture est soumise à différentes pressions. Il n’est pas anormal avec les années d’entendre des bruits d’usures comme des portes qui grincent par exemple. En revanche, si des bruits de claquement proviennent du moteur, lors d’un passage de vitesse ou d’un freinage, alerte ! Si le vendeur ne vous apporte pas d’éclaircissements, rendez vous chez un professionnel avant même de discuter d’un éventuel achat.
  • Accélération, freinage : Elle doit se faire sans à-coups. S’il y a des « trous », cela signifie des défauts d’injection, allumage, turbo…etc. Pour le freinage, tout les grincements stridents ou les claquements sont suspects. Plus encore, si les roues se bloquent ou si la voiture change de trajectoire lors du freinage.
  • Direction : A partir de 50 km/h, sur une ligne droite, relever les mains du volant. Si la voiture reste bien droite, c’est parfait. Si la voiture tire légèrement à droite ou à gauche, ce n’est pas méchant, il faudra simplement rectifier le parallélisme. En revanche, si la voiture tire franchement d’un côté ou de l’autre, c’est inquiétant. La direction est un organe très couteux.
  • Boites de vitesses et embrayage : Dans le cadre d’un boite manuelle ou automatique / séquentielle, les vitesses doivent passer en douceur, sans à coups. Claquements, grincements ou moteur qui cale sont des signaux d’alerte. Ce n’est peut-être qu’un manque d’huile, mais cela peut aussi s’avérer bien plus grave.
  • Frein à main : S’il est mécanique, les interventions pour resserrer un frein à main sont minimes. Par contre, s’il est électrique ce n’est plus le même tarif.
  • Voyants et électronique : C’est LE point sur lequel vous n’aurez que peu de marge de manœuvre. A moins de disposer de la fameuse valise diagnostique (tablette ou pc portable qui analyse le véhicule), il est compliqué d’interpréter pourquoi le voyant X ou Y s’allume. Dans tous les cas, soyez extrêmement prudents ! Un contrôle par un professionnel s’impose !

Dernières recommandations

Autant que possible, faites vous accompagner. Ce n’est pas pour vous protéger physiquement, encore que, mais plutôt pour vous sentir soutenu face au vendeur.

Voilà les deux réflexes à retenir :

  • En cas de doute, faire contrôler le véhicule par un professionnel.
  • Ne pas hésiter à négocier le prix

Vous pouvez lire et relire ce guide avant chaque achat d’un véhicule d’occasion, et même vous entrainer sur votre propre voiture ou celle d’un ami. Cela vous donnera de l’assurance et un minimum d’expérience lors de l’achat de votre prochaine voiture.

pdf points de contrôle achat voiture d'occasion

 💡 Les points de contrôle énumérés ci dessus ont été réunis dans deux fiches à imprimer très pratiques, disponibles sur la boutique dans le Budget Auto.

➡ Et vous, ajouteriez vous d’autres points de contrôle à vérifier ?

Diplômé dans le domaine de la comptabilité et plus particulièrement en tant que gestionnaire de paye, je m'intéresse tout particulièrement à l'actualité économique et financière. J'ai également travaillé dans le domaine commercial pour de grands groupes d'équipements et dans une ONG liée au développement durable. J'ai rejoins Amélie, la créatrice passionnée de ce site, il y a quelques mois. Je collabore à la rédaction des articles liés à des tests produits et des guides d'achats. En parallèle, je travaille activement sur la mise à jour des articles en fonction de l'actualité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.