cahier de vacances
pub

Vous les avez remarqué en tête de gondole ? Dès le mois de juin, difficile d’y échapper. Le cahier de vacances remplit les rayons des hypermarchés et des libraires. Quel cahier de vacances choisir ? Faut il vraiment en acheter un à ses enfants ?

  • Indispensable pour certains, il permet de consolider les acquis de l’année scolaire.
  • Inutile pour d’autres, car les vacances doivent rester une période de repos pour l’enfant.

Le cahier de vacances : un business rentable

La couverture de ces cahiers est souvent attractives, petit garçon en train de jouer sur le sable, petite fille en train de se baigner,… Les enfants ne sont pas dupes pour autant ! L’objectif est bien de réviser et les plus petits ne sont pas épargnés. Les cahiers de vacances commencent maintenant dès la maternelle.

Les éditeurs redoublent d’effort pour les vendre. Selon la Voix du Nord (1), « l’an dernier, il s’est vendu 4,6 millions de cahiers pour un chiffre d’affaires de 26,3 millions d’euros (+ 2,5 % par rapport à 2017). La moitié des ventes se fait sur le primaire, 29 % sur la maternelle et 16 % sur le collège. » Très rentable ! Une manière pour les éditeurs de vendre des manuels scolaires hors de la période scolaire.

Le cahier de vacances est il vraiment utile ?

Certains enfants s’ennuient en vacances alors que d’autres apprécient de faire des exercices. Mais, dans la plupart des cas, c’est les parents qui insistent pour acheter le fameux cahier de vacances. Il faudra ensuite redoubler d’efforts pour motiver l’enfant récalcitrant à faire des lignes d’écriture et des exercices de calcul mental.

Selon l’express (2), « S’il rassure les parents, l’utilité pédagogique de cet achat ne fait pas vraiment l’unanimité chez les professionnels du monde de l’enfance. « Il y a très peu d’études sur l’impact des cahier de vacances, reprend Agnès Florin. Mais l’une d’elles, publiée en 2005, a montré que c’était surtout les bons élèves qui les utilisaient, pas ceux qui pourraient en avoir réellement besoin. »

L’intention de remettre l’enfant à niveau est bonne, mais si l’enfant a de réelles difficultés d’apprentissage ce ne sont pas un ou plusieurs cahiers de vacances qui vont les régler en quelques semaines. Certains spécialistes disent même qu’il pourrait s’avérer contre productif de trop insister. L’enfant a besoin pendant l’été, de se changer les idées et d’oublier son rôle d’élève pour arriver motivé à la rentrée.

pub

L’ennui est bon pour l’enfant, inutile de vouloir à tout prix remplir son emploi du temps. Au contraire, de l’ennui naît la créativité et l’apprentissage !

Comment le faire apprécier aux enfants ?

Le mode d’emploi

Voici quelques conseils pratiques tirés de l’article sur le site parents (3) :

  • Choisir un cahier adapté à son âge
  • Rester à ses côtés pour l’aider et le guider (voir le dernier sous titre)
  • Ne pas être trop scolaire, laisser l’enfant faire le cahier dans l’ordre qu’il veut
  • Opter pour un cahier ludique (voir le point suivant)
  • Faire le cahier plutôt la dernière quinzaine avant la reprise de l’école
  • Si l’enfant ne veut pas, n’insistez pas trop

Les activités d’apprentissage

Ils ne faut pas en conclure rapidement que tous les cahiers de vacances sont inutiles et méritent la poubelle. Par contre, il faudra le choisir avec soin. Certains cahiers de vacances sont très rébarbatifs et risquent de dégoûter l’enfant. D’autres plus ludiques, permettront d’apprendre en s’amusant. Voici une petite sélection de modèles plus ludiques.